SYRIE. Washington ne croit pas à un départ de Bachar al-Assad

Bachar al-Assad

Le département d'Etat américain a fait part mardi 21 août de son plus grand scepticisme quant à de possibles discussions sur une démission du président syrien Bachar al-Assad, comme l'a annoncé à Moscou son vice-Premier ministre.

"Nous avons vu les informations sur cette conférence de presse du vice-Premier ministre syrien. Franchement, nous n'y avons rien vu de terriblement nouveau", a commenté la porte-parole de la diplomatie américaine Victoria Nuland.

La Syrie est prête à discuter d'une démission du président Assad dans le cadre d'un processus de négociations avec l'opposition, avait déclaré plus tôt à Moscou le vice-Premier ministre syrien Qadri Jamil. "Pendant le processus de négociations, on peut étudier toutes les questions et nous sommes prêts à étudier même cette question", avait dit Qadri Jamil lors d'une conférence de presse, après des entretiens avec le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

Il a toutefois précisé que l'idée "d'une démission comme condition pour mener un dialogue - cela signifie de facto qu'il est impossible d'ouvrir ce dialogue", dans des propos traduits en russe.

"Hâter le départ" de Bachar al-Assad

Les Etats-Unis répètent depuis des semaines qu'ils veulent "hâter le départ" du président syrien.

"Le gouvernement syrien sait ce qu'il a à faire et le gouvernement russe nous avait rejoints à Genève (fin juin) pour mettre sur pied un plan de transition (politique) très clair", a rappelé Victoria Nuland. "Ces consultations (entre Damas et Moscou) étaient donc l'occasion pour les Russes d'encourager le régime d'Assad à commencer à suivre ce plan de transition, sans avoir besoin de 'chercher midi à (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

SYRIE. Washington ne croit pas à un départ de Bachar al-Assad
La Syrie, une "zone noire" pour les journalistes
La Syrie serait "prête" à discuter d'une démission de Bachar al-Assad
L'opposition syrienne reçue à l'Elysée par Hollande et Fabius
Les rebelles affirment contrôler les deux-tiers d'Alep

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles