Syndrome de Münchhausen par procuration : sa mère inventait une maladie à son fils

Dans le cas du syndrome par procuration, c'est souvent la mère qui invente la présence d'une maladie chez son enfant (Getty Images) (Getty Images)

La mère de famille rapportait de faux symptômes à l'équipe médicale. Elle a été reconnue coupable de maltraitance.

Elle était le bourreau de son fils. Aux États-Unis, une femme de l’Oklahoma a été reconnue coupable de maltraitance sur son jeune fils. Comme le raconte le Journal du Quebec, elle avait inventé l'existence d'une maladie à son enfant afin de récolter de l'argent.

Pendant des années, elle a consulté de nombreux pédiatres qui n'ont jamais trouvé la maladie dont souffrait le petit garçon. Selon elle, il éprouvait des difficultés à parler, manger et utiliser ses mains. La mère aurait maintenu le garçon sous perfusion pendant quatre ans mais sans y ajouter les vitamines nécessaires. En conséquence, son fils a été hospitalisé pour malnutrition et perte de cheveux. Elle est allée encore plus loin en laissant son fils dans des couches remplies d'urine ce qui a favorisé l'apparition d'infections bactériennes et urinaires.

Maltraitance et négligence

La mère a été arrêtée, elle a été reconnue coupable de deux chefs d’accusation de maltraitance et déclarée non coupable pour deux accusations de négligence. La garde exclusive de l'enfant a été confiée au père. Elle souffrait du syndrome de Münchhausen par procuration (SMPP). Cette pathologie mentale se traduit par le besoin de s'inventer des maladies afin d'attirer l'attention du corps médical. Les symptômes sont simulés ou provoqués afin de mener à une prise en charge médicale. "L’enfant est présenté de façon répétitive et persistante pour des soins médicaux qui conduisent à des examens médicaux et des explorations médico-chirurgicales multiples et répétées. Classiquement, les symptômes régressent lorsque l’enfant est séparé du parent responsable", résume la Société française de médecine d'urgence.

Dans le cas du syndrome par procuration, c'est souvent la mère qui invente la présence d'une maladie chez son enfant ou une personne vulnérable (comme un parent malade).

VIDÉO - Mort de Tom, victime du syndrome du bébé secoué : "Il a été maltraité à trois reprises"