Publicité

Syndrome de la grande soeur : un phénomène confirmé par une vaste étude !

Si vous êtes la fille aînée d'une fratrie, vous voyez de quoi il s'agit. Le syndrome de la grande sœur, un phénomène qui veut que le premier enfant, s'il est une fille, porte une charge mentale supplémentaire, que ce soit au niveau de l'éducation des frères et sœurs ou d'aider aux tâches quotidiennes, vient d'être confirmé par une étude au long cours. Ces travaux de l'Université de Californie à Los Angeles révèlent qu'effectivement, les filles aînées ont tendance à mûrir plus tôt, ce qui leur permet d'aider leur mère. Ce qui n'est pas le cas pour les garçons. Mais ils vont encore plus loin : selon ces recherches, quand les mères ont connu un niveau élevé de stress avant la naissance de leur fille aînée, cela conduit à un développement précoce des premiers signes de puberté chez ces dernières. Serait-ce un réflexe de survie évolutif ?

Pour tirer ces conclusions dans le numéro de février de Psychoneuroendocrinology, les chercheurs ont suivi des familles californiennes pendant 15 ans, depuis le stade de la grossesse de la mère jusqu'à l'adolescence de leur descendance. Ils ont mesuré le taux de stress prénatal de la mère à cinq stades de la grossesse, où celle-ci devait dire si elle se sentait mal, anxieuse, déprimée, etc. sur une échelle de valeur. Ils ont ensuite évalué certains critères chez les enfants, qui étaient à moitié des filles et à moitié des garçons, pour établir l'âge d'apparition des premiers signes de puberté précoce (changements cutanés, pilosité corporelle, croissance, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Est-il possible de cumuler une pension d'invalidité et une retraite ?
En 2024, combien faut-il gagner par mois pour devenir propriétaire ?
Les femmes qui ont marqué la politique française en 11 dates clés
Pourquoi il n’y aura plus de "steaks de soja" ou de "saucisses végétales" dans nos supermarchés
Quand une commune devient-elle une ville ?