Sylviculture. “L’or brun” tombe des pins en Caroline du Nord

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Le commerce des aiguilles de pin s’est fortement développé durant les deux dernières décennies dans plusieurs États américains. Employées dans l’agriculture, elles sont une source de rentabilité inépuisable.

Là-bas, certains l’appellent “l’or brun”. En France, on utilise plus sobrement la formule “aiguilles de pin”. Utilisées pour acidifier les sols, repousser les limaces, maintenir l’humidité des sols et lutter contre les adventices, les feuilles des conifères génèrent des ventes annuelles estimées à 200 millions de dollars dans le Sud-Est des États-Unis, raconte The Washington Post.

Le commerce des aiguillons est tellement florissant que l’État de Caroline du Nord a édicté un article de loi qui élève le vol des précieuses aiguilles au statut de crime. Sur le bord des routes, les sylviculteurs vendent leur production qu’on retrouve dans tous les magasins de jardinage.

3 000 dollars de recettes par hectare

“Vous ne pouvez vendre le bois qu’une seule fois. Les aiguilles de pin repoussent chaque année”, témoigne Mike Wilson, exploitant d’aiguilles de pin à l’est de Charlotte. Le commerce du bois reste plus rentable à court terme puisqu’il rapporte près de 10 000 dollars par hectare (environ 8 500 euros), contre 3 000 dollars (2 500 euros) pour les aiguilles de pin. Mais la récolte des aiguilles se reconduit chaque année sur les mêmes arbres, si bien qu’un dicton local décrète qu’il “faudrait être un imbécile pour couper un pin à longues feuilles”.

À lire aussi: Le chiffre du jour. Un millier de chênes centenaires pour reconstruire la flèche de la cathédrale de Paris

Parmi toutes les espèces, les pins de Caroline du Nord sont considérés comme des fournisseurs “haut de gamme”

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :