Publicité

Surprise : les plus vieux moustiques mâles découverts suçaient le sang

Les plus vieux moustiques ont été découverts prisonniers de pièces d’ambre. Surprise : ces mâles vieux d’au moins 100 millions d’années avaient un régime très différent de celui d’aujourd'hui.

De nos jours, les moustiques vecteurs de maladies comme le paludisme, la dengue ou le chikungunya sont tous des femelles. En nous piquant pour se nourrir de notre sang, elles apportent les nutriments et protéines nécessaires à la maturation de leurs œufs, transmettant ainsi à l'occasion des pathogènes ingérés lors d'une précédente ponction sur un organisme infecté. Mais les mâles, eux, ne se nourrissent pas de sang. Ce sont des pollinisateurs qui piquent uniquement les plantes et les fleurs.

Deux fossiles de moustiques mâles dans l'ambre libanais

Pourtant, ce n'était pas le cas plus d'une centaine de millions d'années plus tôt, a découvert une équipe internationale de chercheurs, dont André Nel, du Muséum national d'Histoire naturelle de Paris.

Dans la revue Current Biology du 4 décembre 2023, les scientifiques décrivent deux fossiles de moustiques trouvés dans des inclusions d'ambre d'un gisement libanais datant du Crétacé inférieur, une période remontant de 100,5 à 145 millions d'années. Soit les plus vieux représentants de ces insectes, puisque jusqu'à présent, ceux exhumés étaient plus récents d'une trentaine de millions d'années.

Moustique en Ambre
Moustique en Ambre

Moustique en ambre. Crédits : Dany Azar

Deuxième découverte : ces fossiles de culicidés - l'autre nom des moustiques - possèdent des pièces buccales allongées et adaptées pour percer avec des mandibules dentelées analogues à celles dont sont pourvus les moustiques femelles modernes, leur permettant de pénétrer l'épiderme de leurs proies.

Pourtant, leurs pièces génitales bien visibles et notamment les paraproctes et les épiproctes, ces plaques latérales qui servent à maintenir la femelle durant la copulation, ne laissent pas de doute : ces individus fossiles sont bien des mâles.

"Une lignée sans descendance, cousine des moustiques actuels"

A ce stade, plusieurs hypothèses peuvent expliquer que les moustiques mâles modernes ne se nourrissent plus de sang. "Ces moustiques aux mâles hématophages, explique André Nel, ont pu constituer par[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi