Publicité

"Tu es surement fier" : Yannick Alléno rend un nouvel hommage à son fils Antoine, décédé il y a 8 mois

Un père extrêmement fier malgré la peine. Dans la soirée du dimanche 8 mai dernier, le chef Yannick Alléno a perdu son fils, Antoine. A 24 ans, le jeune cuisinier est mort percuté par un chauffard en plein Paris. Après avoir volé un véhicule dans un restaurant de luxe du VIIe arrondissement, le fuyard est rentré dans le scooter du jeune homme, arrêté à un feu rouge. Le fils de Yannick Alléno est mort sur le coup. Une drame que n'oubliera jamais son père. "J'ai vu mon fils sur le trottoir, donc c'était extrêmement douloureux. Vous rentrez dans une période après le décès d'un enfant, un monde qu'on ne connaît pas", confiait le chef étoilé le 20 septembre dernier dans le JT de 20h de TF1.

Malgré cette tragédie, Yannick Alléno souhaiter poursuivre son art culinaire, une passion qu'il avait d'ailleurs transmis à Antoine, un jeune chef en devenir. Et ce vendredi 20 janvier, il a tenu à rendre un nouvel hommage à son fils sur Instagram en annonçant que ce dernier avait reçu un prix. "Notre burger ! Ton burger Antoine a reçu le prix dû meilleurs burger de Paris 2022 ! Tu es sûrement fier de tes équipes ! Ils sont là pour toi, pour tes clients, pour ton projet", a écrit Yannick Alléno en légende d'une photo où il pose avec le prix et toutes ses équipes.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Yannick Alléno (@yannickalleno)

"Il peut être fier de là-haut Antoine"

Cette nouvelle n'a pas manqué d'être saluée par les (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Delphine Wespiser a retrouvé l'amour : l'ex-Miss France fait déjà des révélations sur sa nouvelle vie intime
"C'était mon meilleur ami" : Pierre Lescure révèle ce qui l'a "choqué" à la mort de Jean-Pierre Bacri
"Je viens de m'exploser la cheville" : Angèle se confie sur sa blessure lors d'un concert à Paris
Michel Galabru : comment la mort de sa femme, Claude, quelques mois avant la sienne, lui "a fait lâché la rampe"
Pierre Lescure détruit une Claire Chazal "amère" et sa "campagne excessive"