Les suppressions d'emplois chez Twitter sont-elles compatibles avec le nouveau règlement européen sur les services numériques ?

CARLOS BARRIA

Le Digital Services Act doit entrer en vigueur en février 2024. Ce dispositif européen exige des plateformes numériques telles que Twitter qu'elles amplifient leurs efforts pour combattre les contenus illégaux en ligne.

Le commissaire européen chargé de la Justice, Didier Reynders, a déclaré jeudi 24 novembre 2022 que la décision de Twitter de renvoyer des milliers d'employés avait suscité des inquiétudes quant à la capacité du réseau social à se conformer au nouveau cadre législatif visant les plateformes numériques.

Avec le DSA, l'Europe veut inciter les plateformes numériques a combattre davantage les contenus illégaux

Le "Train de mesures sur les services numériques" (Digital Services Act, DSA, en anglais), qui entrera en vigueur en février 2024, exige des plateformes numériques qu'elles amplifient leurs efforts pour combattre les contenus illégaux en ligne. Didier Reynders s'est rendu à Dublin, en Irlande, pour rencontrer des représentants de Twitter afin d'obtenir des explications de la part du réseau social, a indiqué à Reuters un responsable de la Commission européenne.

"Les représentants de Twitter ont réaffirmé l'engagement de l'entreprise à se conformer totalement aux règles européennes. Le commissaire Reynders en a pris bonne note et a demandé à Twitter de transformer cet engagement en mesures concrètes", a ajouté le responsable, qui préfère conserver l'anonymat. Le nouveau dispositif européen prévoit que les sociétés visées par le DSA risquent une amende susceptible d'atteindre 6% de leur chiffre d'affaires mondial si elles violent les règles sur les contenus illégaux. Elles pourraient même être interdites d'opérer au sein de l'Union européenne si leurs infractions venaient à se répéter.

Les inquiétudes de l'Arcom

En France, l'Arcom s'est elle aussi inquiétée des restructurations chez Twitter depuis l'arrivée d'Elon Musk. Son vaste plan de licenciements s'est traduit par le limogeage de la moitié des employés du réseau social a été remerciée. Plus 1.000 autres salariés ont aussi démissionné. L'autorité de régulation du secteur de la communication numérique a expliqué jeudi avoir reçu la réponse du réseau social quant à ses préoccupations, formulées dans un courrier du [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi