Publicité

Pour le Super Bowl, Jason Momoa rejoue la chorégraphie de « Flashdance », douche comprise

SUPER BOWL - Après le couple Beckham, c’est au tour de Jason Momoa. Comme chaque année, des célébrités qui n’ont rien à voir ou presque avec le football américain sont au centre des publicités diffusées lors de la grande finale du Super Bowl. Jason Momoa a accepté de rejouer pour la marque T-Mobile une chorégraphie inspirée de Flashdance pour la 58e édition du Super Bowl, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Super Bowl 2024 : David et Victoria Beckham parodient la scène culte de leur documentaire Netflix pour une pub

Dans cette publicité, Jason Momoa reprend les pas de danse sur la bande originale What a Feeling du film sorti en 1983. À ses côtés, on retrouve Zach Braff et Donald Faison, les deux amis de la série Scrubs. Jennifer Beals, qui interprète l’héroïne de Flashdance, fait même un caméo à la fin.

La parodie reprend des passages cultes de Flashdance. Comme l’audition finale de la protagoniste Alex Owens. Jason Momoa se lâche et danse avec passion sans s’arrêter. Il fait même un salto arrière et dévoile tout son talent pour le chant. L’iconique scène de la douche est bien évidemment aussi reproduite.

Jason Momoa devancé par John Travolta

Plutôt connu pour ses rôles sérieux dans des projets à gros budget comme Dune ou Game of Thrones, Jason Momoa aime prendre un virage à 180 ° dans les publicités. « Les gens voient juste une autre facette de moi », explique-t-il à Variety.

C’est l’entreprise T-Mobile qui est derrière ce spot publicitaire. Les années précédentes, l’opérateur téléphonique avait déjà fait appel aux deux acteurs de Scrubs. En 2022, ils avaient parodié la chanson I Feel Pretty tirée de West Side Story et en 2023, ils ont invité John Travolta pour une reprise de Summer Nights, un des succès de Grease.

À voir également sur Le HuffPost :

Usher au Super Bowl 2024 : LeBron, J Balvin et JungKook s’invitent dans la bande annonce

Il y a 40 ans sortait le premier Mac et son marketing n’était pas moins révolutionnaire