Publicité

"Suffisant, rétrograde et hypocrite" : Sophie Marceau sort de sa réserve… et de ses gonds

Pour Sophie Marceau, trop c'est trop. Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, la "liberté garantie" à l'IVG est discutée au Parlement dès ce 14 janvier. Invité sur Franceinfo pour évoquer ce sujet, Gérard Larcher a estimé que "l'IVG n'était pas menacée" en France. "Si elle était menacée, croyez-moi, je me battrais pour qu’elle soit maintenue. Mais je pense que la Constitution n’est pas un catalogue de droits sociaux et sociétaux", a lancé l'élu Les Républicains. Un avis qui a fait bondir Sophie Marceau. Après la diffusion de cette interview, la comédienne s'est emparée de son compte Instagram pour pousser un rare coup de gueule. "Bien sûr que l’IVG est menacée ! Comme le sort des femmes qui ne peuvent y avoir recours et que vous mettez en danger de mort, a écrit Sophie Marceau. Vous n’avez que faire du sort des femmes, en vérité." Dans la suite de son message, l'actrice a continué à s'en prendre à Gérard Larcher. "Vous représentez le patriarcat dans toute sa splendeur: suffisant, rétrograde et hypocrite. Vous faites honte à notre société française, a-t-elle conclu. Tant qu’il y aura des hommes comme vous, nous serons toutes en danger." En commentaires, de nombreux internautes ont appuyé cette prise de parole. Mais que Sophie Marceau se rassure : Gérard Larcher ne votera pas ce projet de loi. En tant que président du Sénat, "je ne vote pas, mais je vous donne un avis très personnel". "En conscience, je pense que la Constitution, (...)

Lire la suite sur Closer

Kate Middleton hospitalisée : son opération classée secret défense ? Cette révélation qui relance l’inquiétude
Alain Delon : AVC, alité, soins quotidiens… le portrait médical de l’acteur est sans appel
Delphine Jubillar : cette demande crève-coeur qu’aurait faite son fils à la nouvelle compagne de Cédric
Alain Delon n’attend “plus rien de la vie” : pensées dépressives et soins palliatifs, l’acteur se prépare au pire
Pierre et Héléna en couple ? Même la production de la Star Academy s’y met