Publicité

"Sud Ouest" : La rédaction du quotidien régional en grève ce mercredi après l'annonce d'un "quatrième plan social en onze ans"

"Sud Ouest" - "Sud Ouest"
"Sud Ouest" - "Sud Ouest"

La grève, pour l'heure d'une durée de 24 heures, a été votée, ce mardi 5 mars 2024, par 53,2% des membres de la rédaction du journal, au sein de laquelle 25 postes sont menacés.

"Un quatrième plan social en onze ans". La rédaction du journal "Sud Ouest" a voté la grève pour une durée de 24 heures à 53,2% au cours d'une assemblée générale organisée mardi 5 mars 2024, a annoncé le Syndicat national des journalistes (SNJ) du titre dans un communiqué publié le même jour. "61% des consultés avaient voté pour le principe d'une grève imminente et 91% pour une grève pendant les négociations", est-il précisé.

À LIRE AUSSI : Audiences PQR : "Ouest France" surclasse la concurrence, "Sud Ouest" redresse la barre et se rapproche du podium

"Retrouver une rentabilité pérenne"

Quelques heures plus tôt, Nicolas Sterckx, directeur général de la Sapeso – la société éditrice du quotidien – avait présenté en interne un projet de réorganisation dans le cadre d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). "Malgré les efforts menés, les économies sont insuffisantes pour compenser la baisse des revenus liés aux journaux papier", justifie la direction dans un communiqué.

Ce PSE a pour objectif de "retrouver une rentabilité pérenne malgré la décroissance de la vente de journaux". Une première série de mesures d'économies avait en effet été mise en place, et en particulier une réduction de la laize du journal, qui a permis une diminution de la consommation de papier de 12% au début de l'année 2024.

25 postes menacés à la rédaction, la fermeture de 3 agences envisagée

Selon le...

Lire la suite


À lire aussi

France 2 déprogramme en urgence "Chacun son tour" et "Tout le monde veut prendre sa place" pour une édition spéciale
Les Enfoirés : Pour la première fois en 35 ans, Les Restos du Coeur dévoilent les coulisses du concert dans un podcast
"Le forfait le plus élevé au sein de l'Union européenne" : Spotify annonce une augmentation de ses prix en France à cause de la création d'une taxe streaming