Publicité

Stuart Seldowitz, ancien conseiller de l’ère Obama, arrêté pour des propos islamophobes contre un vendeur

Stuart Seldowitz a été filmé à plusieurs reprises alors qu’il s’en prenait à l’employé d’un stand de nourriture ambulant de New York.
Capture d’écran X Stuart Seldowitz a été filmé à plusieurs reprises alors qu’il s’en prenait à l’employé d’un stand de nourriture ambulant de New York.

ÉTATS-UNIS - Identifié et arrêté grâce aux réseaux sociaux. Alors que les actes islamophobes et antisémites sont exacerbés par la guerre entre Israël et le Hamas, les États-Unis ne dérogent pas à ce triste phénomène. L’exemple de cet ancien conseiller de l’administration Obama est là pour en témoigner.

Ce mercredi 22 novembre, Stuart Seldowitz a été arrêté par la police de New York, soupçonné d’être l’auteur d’insultes haineuses et islamophobes à l’encontre d’un vendeur de rue devenues virales sur les réseaux sociaux. Cet homme, ancien haut fonctionnaire sous l’administration Obama est à cette heure poursuivi pour des accusations préliminaires de crime de haine et de harcèlement, pour harcèlement aggravé au deuxième degré, harcèlement provoquant la peur, et harcèlement au travail, comme l’indique la police new-yorkaise.

Son arrestation a d’ailleurs été facilitée par l’utilisation des réseaux sociaux, puisque des vidéos de lui ont été mises en ligne avant d’être largement relayées pour tenter de l’identifier.

Sur ces vidéos, datant de plusieurs jours avant son interpellation, on peut voir Stuart Seldowitz s’en prendre à cet employé en se moquant de l’Islam et de son prophète. L’ancien directeur par intérim du Conseil de sécurité nationale de l’Asie du Sud entre 2009 et 2011 accuse également le vendeur de soutenir le Hamas.

« Nous allons mettre ici de grandes pancartes pour dire que ce type soutient le Hamas », peut-on l’entendre dire. « Vous soutenez le meurtre de petits enfants », assène également l’homme de 64 ans, ce à quoi le vendeur répond : « Vous tuez des enfants, pas moi ».

« Si nous tuions 4 000 enfants palestiniens, vous savez quoi ? Ce n’était pas suffisant ! », ajoute encore Stuart Seldowitz. Il profère également des menaces directes à son interlocuteur en demandant s’il connaît les Mukhabarat -les services de renseignement généraux égyptiens- qui vont venir arracher un à un les ongles de son père.

Deux semaines de harcèlement

Pour se défendre, Stuart Seldowitz, qui confirme à CNN qu’il s’agit bien de lui sur ces différentes vidéos, avance que seule une partie des échanges avec l’employé ont été publiés. Auprès de City & State, il dit toutefois regretter « tout ce qu’il s’est passé », avant de présenter des excuses. « Dans le feu de l’action, j’ai dit des choses que je n’aurais probablement pas dû dire ».

Il s’avère cependant que l’homme ciblé à plusieurs reprises par les insultes, d’origine égyptienne, ne disposerait pas d’un niveau d’anglais suffisant. Impossible pour lui d’échanger longuement avec ses clients, comme le rapporte pour CNN le représentant d’un groupe de défense des vendeurs ambulants de New York.

« Mohamed m’a dit qu’il ne savait pas comment répondre ou quoi dire à ce type et il a continué à jouer la sécurité en lui demandant de s’en aller », confirme cet homme. Il ajoute que selon le témoignage du vendeur, Stuart Seldowitz s’en prenait à lui depuis le 8 novembre.

Face ce déferlement haineux, la boutique ambulante de Mohamed a toutefois pu compter sur le soutien des New-Yorkais. Ils sont de plus en plus nombreux à faire la queue devant son stand au croisement de la 83e et de la 2e avenue.

Cet exemple de la montée des actes islamophobes aux États-Unis n’est qu’un des très nombreux cas signalés ces dernières semaines aux autorités américaines par le Conseil sur les relations américano-islamiques. De la même manière, les actes antisémites ont atteint un « niveau historique » aux États-Unis, selon une déclaration fin octobre du directeur du FBI.

À voir également sur Le HuffPost :

Melissa Barrera écartée du prochain « Scream » pour ses messages de soutien aux Palestiniens

Guerre Israël-Hamas : le récit des négociations autour de l’accord de libération des otages