Publicité

Comment le stress détraque les intestins

Des chercheurs ont observé chez la souris que la régénération de la paroi intestinale est très perturbée en cas de stress chronique.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°925, daté mars 2024.

Des troubles intestinaux en situation de stress psychologique chronique ? La faute (au moins en partie) au microbiote, assure une équipe dirigée par l'Académie chinoise des sciences dans la revue Cell Metabolism.

Les chercheurs ont en effet observé chez la souris que la régénération de la paroi intestinale est très perturbée en cas de stress chronique. Chose étonnante, cette perturbation est transmissible en réalisant une greffe de microbiote intestinal de souris stressées à des souris non stressées…

Un dysfonctionnement lié à une molécule

Ce constat a conduit les scientifiques à établir que ce dysfonctionnement est dû à une molécule (lindole-3-acétique ou IAA) produite par certaines bactéries intestinales.

In vitro, ils ont montré que l'IAA pouvait bloquer l'activité des cellules souches et affecter ainsi la régénération des tissus intestinaux. Mais l'effet peut être contrecarré par l'ajout d'une autre molécule, l'alpha-cétoglutarate, qui stimule le métabolisme des cellules souches. En l'incluant dans l'alimentation des souris stressées, ce produit a protégé leur intestin.

Un mécanisme également à l'œuvre chez l'humain

Selon les biologistes, ce même mécanisme serait à l'œuvre chez l'humain. Ils ont en effet retrouvé des concentrations plus élevées d'IAA chez des patients atteints de dépression majeure ou de troubles bipolaires, notamment chez ceux qui avaient des problèmes de constipation. Une piste pour mieux comprendre les troubles intestinaux inflammatoires liés au stress psychologique ou à de nombreuses maladies mentales.

Avec, en plus, l'espoir de les atténuer par l'alpha-cétoglutarate, qui est un supplément alimentaire courant. Reste aussi à explorer le rôle de l'IAA dans l'inflammation des intestins liée à des pathologies telles que le syndrome de l'intestin irritable ou la maladie de Crohn, qui est également sensible au stress.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi