Publicité

Strasbourg reste en course pour accueillir la Fondation Gandur

Si Jean Claude Gandur reconnaît que Strasbourg a l’avantage d’être « au carrefour de trois pays, avec un bassin humain énorme », il avoue aussi qu’entre la métropole alsacienne, Bordeaux et Caen son choix n’est pas encore fait. - Credit:©point-of-views.ch
Si Jean Claude Gandur reconnaît que Strasbourg a l’avantage d’être « au carrefour de trois pays, avec un bassin humain énorme », il avoue aussi qu’entre la métropole alsacienne, Bordeaux et Caen son choix n’est pas encore fait. - Credit:©point-of-views.ch

En 2030, Strasbourg disposera-t-elle d'un nouveau centre d'art attractif qui constituerait une destination muséale phare pour les Français, mais aussi pour les Allemands et les Luxembourgeois ? Pour l'heure, la capitale alsacienne est l'une des trois dernières métropoles – avec Bordeaux et Caen – que le milliardaire suisse Jean Claude Gandur a présélectionnées pour y déménager sa Fondation pour l'art. Depuis 2010, cette institution genevoise détient la prestigieuse collection de cet homme d'affaires de 74 ans. En attendant le choix de la ville, qui sera officialisé au plus tard en mars 2024, les trois prétendantes peaufinent leur stratégie pour séduire cet insatiable amateur d'art dont les chefs-d'œuvre alimentent régulièrement des expositions sous toutes les latitudes.

En un quart de siècle, Jean Claude Gandur, qui a fait fortune dans l'exploitation pétrolière en Afrique – il a vendu, en 2009, sa société Addax pour quelque 8 milliards de francs suisses – a rassemblé quelque 3 400 pièces qui constituent l'une des collections privées les plus fabuleuses du monde. Elle regorge de vestiges archéologiques de l'Égypte pharaonique, de la Grèce et de la Rome antiques, de pièces d'art africain, de masques papous, de sculptures médiévales et de peintures baroques. L'homme d'affaires a également réuni quantité de compositions réalisées par les maîtres de la figuration narrative, un mouvement qui s'est développé en France et en Europe entre 1960 et 1975, parallèlement [...] Lire la suite