Publicité

Strasbourg-Brest: "Si tu l’avais raté…", Roy ne voulait pas que Camara tire le penalty du triplé

"C’était difficile d’imaginer que Mahdi Camara allait réaliser un triplé ce soir." Epaté Eric Roy. Comme les fans bretons, l’entraîneur de Brest ne s’attendait pas à ce que son milieu de terrain frappe trois fois face à Strasbourg (3-0) samedi soir lors de ce match de la 23e journée de Ligue 1. Il faut dire qu’avant de se rendre à la Meinau, l’ex-joueur de Saint-Etienne ne totalisait que 10 buts en 136 apparitions en Ligue 1. "Comme Doumbia qui a réalisé un quadruplé il n’y a pas longtemps (face à Lorient, ndlr), il y a parfois des choses surréalistes dans le football."

L’entraîneur du Stade Brestois se serait bien contenté d’un doublé. Le penalty aurait en effet dû être tiré par Romain Del Castillo. Sauf que l’attaquant a donné le ballon à Camara pour lui offrir l’occasion d’inscrire son premier triplé en Ligue 1. "Sur le moment, il est un peu dubitatif, se souvient Eric Roy qui n’oublie pas de souligner "l’état d’esprit du groupe." Un triplé, c’est déjà rare quand on est attaquant alors qu’on est milieu de terrain…"

"Coach vous n’avez pas confiance en moi?"

Mais le coach du Finistère aurait préféré que son milieu s’abstienne de tirer: "Après le match je lui ai dit: 'Il ne fallait pas que tu le rates… Si tu l’avais raté, tu m’aurais entendu.' Romain qui était désigné m’aurait également entendu. Un match, ça tourne très vite. Il faut toujours être sur le qui-vive. C’est vrai que Romain, lui aussi, aurait pu le rater. Mais on aurait pu être à 2-1 au lieu de 3-0 et le match n’est plus le même… Mahdi m’a dit: 'Coach vous n’avez pas confiance en moi?' Ce n’est pas ça mais quand on met des choses en place, on essaie de les respecter."

Malgré cette petite mise au point, Eric Roy n’en voulait pas du tout au héros brestois du soir, bien au contraire: "Mahdi le mérite parce qu’il se projette souvent. Il se trouve souvent dans des situations décisives. Il n’avait pas trop eu de réussite depuis le début de la saison, à part face à Reims. C’est un garçon qui travaille beaucoup et qui est toujours là quand on fait un travail spécifique devant le but. Ça devait payer un jour", conclut le coach des dauphins du PSG.

Article original publié sur RMC Sport