Publicité

Stellantis pourrait produire des voitures chinoises en Europe

Depuis plusieurs mois, le constructeur chinois Leapmotor a fait son entrée sur le marché européen avec sa rivale de la Dacia Spring, la Leapmotor T03.

Son succès reste pour le moment assez relatif, mais une récente collaboration avec Stellantis pourrait bien changer la donne.

Des voitures chinoises pour sauver une usine européenne ?

Certains observateurs voient cette alliance comme un "cheval de Troie", tandis que d'autres y voient plutôt une opportunité de sauver des emplois et de stimuler l'industrie automobile en Europe. La situation à l'usine Stellantis de Mirafiori en Italie illustre bien les défis actuels du secteur. Confrontée à un marché de l'électrique en difficulté, l'usine a dû mettre ses salariés au chômage partiel faute de demande suffisante. Face à cette conjoncture, Stellantis mise sur son partenariat avec Leapmotor pour insuffler un nouvel élan à son usine italienne. L'accord prévoit l'accueil de 150 000 unités des modèles Leapmotor au sein de l'usine de Mirafiori, offrant ainsi une perspective pour l'avenir des employés et de l'usine.
Cette stratégie s'inscrit dans un engagement plus large de Stellantis envers le gouvernement italien, visant à augmenter la production dans le pays à un million de véhicules d'ici la fin de la décennie. La production des modèles Leapmotor destinés à l'Europe pourrait débuter dès 2026, contribuant ainsi à cet objectif.

Un double intérêt pour Stellantis

Pour Leapmotor, ce partenariat représente une opportunité majeure de contourner les éventuels obstacles liés aux...Lire la suite sur Autoplus