Une statue de Victor Hugo dégradée en raison d'une peau "trop foncée" : deux étudiants poursuivis

© FRANCK HAKMOUN/SIPA

Une représentation de l'auteur des Misérables et de Notre-Dame de Paris a été aspergée de blanc en début de semaine, après l'éclatement d'une polémique portée sur sa couleur de peau. Deux membres de l'association La Cocarde Étudiante sont passés aux aveux. Ils encourent dix ans de prison.

Inaugurée en 2003 dans la ville de Besançon, une statue de Victor Hugo été retrouvée dégradée, lundi à l'aube. Le visage et les mains de l'écrivain avaient été maculés de peinture blanche, alors qu'une polémique s'était développée au sujet de la couleur de peau de la sculpture en cours de rénovation. Une pancarte « White Power » avait également été accrochée à l’œuvre de l'artiste sénégalais Ousmane Sow, mort en 2016. Les autorités ont procédé à l'arrestation de deux jeunes hommes de 20 et 22 ans, jeudi, qui ont reconnu les faits. Contestant « toute finalité raciste à leur acte », ces deux membres de l'association d'extrême-droite La Cocarde Étudiante ont dit avoir été « heurtés » par la couleur « trop foncée » donnée au visage de l'illustre auteur, a rapporté vendredi le procureur de Besançon.

L'ancienne compagne d'Ousmane Sow défend l'œuvre originale

Le parquet a annoncé la poursuite des deux hommes pour « dégradations graves, en réunion, au détriment d'un bien d'utilité public, et à finalité raciste ». Ils seront jugés le 26 décembre et encourent jusqu'à dix ans de prison. Durant les trois semaines précédant le procès, le procureur Étienne Manteaux « souhaite diligenter une enquête de personnalité pour déterminer qui ils sont et ce qui a pu les conduire à adopter ce comportement ».

Lire aussi - « Carnets d’amour » inédits de Victor Hugo : voici, en avant-première, les premières pages du fac-similé

La rénovation de cette statue s'est muée en polémique après qu'un article d(...)

Lire la suite sur LeJDD

VIDÉO - La Face Katché - Yannick Noah (épisode 2) : "J’ai fait chanter la Marseillaise plus que vous tous réunis, mec ! Et j’entends "Rentre chez toi""