Publicité

Statue de Simone Veil vandalisée : l’Action française de Vendée revendique des dégradations « anti IVG »

L’Action française de Vendée, mouvement royaliste d’extrême droite, a vandalisé vendredi 8 mars à La Roche-sur-Yon une statue de Simone Veil. (Illustration : statue Veil dans le jardin des Quatre-Colonnes, Paris).
STEPHANE DE SAKUTIN / AFP L’Action française de Vendée, mouvement royaliste d’extrême droite, a vandalisé vendredi 8 mars à La Roche-sur-Yon une statue de Simone Veil. (Illustration : statue Veil dans le jardin des Quatre-Colonnes, Paris).

IVG - Une cible plus que symbolique. Vendredi 8 mars, jour même de la cérémonie d’apposition du sceau de la République sur la loi inscrivant la « liberté garantie » d’accès à l’IVG dans la Constitution, l’Action française de Vendée, mouvement royaliste d’extrême droite, a vandalisé à La Roche-sur-Yon la statue de Simone Veil, qui a fait adopter en janvier 1975 la loi dépénalisant l’IVG en France.

IVG dans la Constitution : après la France, Macron veut une consécration européenne de l’avortement

Dans une vidéo accompagnant la revendication du groupe d’extrême droite, on peut voir une petite dizaine de personnes filmées de dos en train de déposer au pied de la statue de Simone Veil des poupées de bébé aspergées de faux sang puis de teindre en rouge l’eau de la fontaine que la statue surplombe.

Ils placardent également sous le buste de Simone Veil des morceaux de carton affirmant que « la Constitution tue nos enfants ».

La mairie a nettoyé les dégradations

Le message de revendication publié sur les réseaux sociaux par l’Action française de Vendée établit un lien direct entre cette mise en scène macabre et « la cérémonie de l’inscription de l’IVG dans la Constitution française » organisée le même jour à Paris.

La mairie de La Roche-sur-Yon a souligné avoir fait nettoyer les dégradations dès vendredi matin par des agents municipaux et a indiqué à l’AFP avoir déposé plainte dans la foulée auprès du procureur de la République.

La statue de Simone Veil avait déjà été vandalisée à la peinture en 2019, moins d’une semaine après l’inauguration de la place portant son nom à La Roche-sur-Yon.

À voir également sur Le HuffPost :

LFI attaque le bilan de Macron sur le droit des femmes, Bergé sort la carte Quatennens

Macha Méril témoigne sur son avortement clandestin à 17 ans : « J’en suis devenue stérile »