Publicité

Star Academy : “Même moi, ça me…”, pas sûr que cette remarque de Pierre fasse taire les rumeurs sur son béguin pour Héléna

Depuis le début de la Star Academy, les élèves jouent avec les nerfs des fans. Et à mesure que la finale approche, Pierre et Héléna redoublent d'inventivité pour les faire tourner en bourrique. Très complices, les deux finalistes font l'objet de vives rumeurs d'idylle. Mais pour le moment, rien n'indique qu'ils sont bel et bien en couple. Et si les chanteurs s'amusent à se taquiner, tous leurs faits et gestes sont analysés pour y déceler le moindre indice... Et une petite phrase lâchée par Pierre ne risque pas de faire retomber les rumeurs ! "Tout le monde veut que vous vous 'péchotiez', ce qui n'arrivera pas, je vous le dis. Mais si c'est moi qui vous le dis, ça ne va rien changer", a d'abord lancé Julien, le premier finaliste du télé-crochet. Très amusée, Héléna a confirmé ses propos. "Non ça n'arrivera pas. Je peux plus me le voir", a répondu la jeune femme.

"Allez, soit gentille pour nos derniers moments", s'est empressé de lancer Pierre. Ce qui a choqué Julien : "Je pensais qu'il allait dire : 'allez, embrasse-moi". Mais visiblement Pierre n'avait pas vraiment l'intention de demander à sa camarade une douce attention... "Même moi, ça me dégoûte", a-t-il conclu. Une petite phrase qui ne risque pas de faire tomber l'engouement autour des deux candidats... puisqu'on connaît leur passion pour les taquineries ! De passage dans le château de la Star Academy, même Kev Adams avait tenté d'en savoir plus sur la nature de la relation de Pierre (...)

Lire la suite sur Closer

Brad Pitt : toujours aussi beau gosse à 60 ans, cette opération de chirurgie esthétique qui fait du bruit
Cheveux : cette couple décontractée flatteuse après 50 ans
Charles III opéré : ces "responsabilités secrètes" que le prince William va devoir assumer
TÉMOIGNAGE. "Je m'en voulais d'avoir trompé mon copain, mais il a couché avec le même homme"
Bruno Vandelli accusé de viol : "J’ai des témoins !", il brise le silence et pointe les "zones d’ombres" de Yanis Marshall