Publicité

Stanislas : la mairie de Paris suspend ses financements à l’école privée catholique

Cette photo prise le 17 janvier 2023 montre une vue de la façade du collège collège Stanislas, à Paris.
THOMAS SAMSON / AFP Cette photo prise le 17 janvier 2023 montre une vue de la façade du collège collège Stanislas, à Paris.

PARIS - Le feuilleton continue autour de l’établissement scolaire privé Stanislas. La Ville de Paris a annoncé ce mercredi 17 janvier qu’elle allait suspendre provisoirement son financement. L’école catholique du 6e arrondissement est accusée de « dérives » dans un rapport officiel, en attendant des « clarifications » de la part de l’État.

École Stanislas à Paris : la justice saisie par des sénateurs pour déconventionner l’établissement

« Après avoir pris connaissance par voie de presse du contenu d’un rapport d’enquête administrative de l’Inspection générale de l’Éducation », elle « a décidé de suspendre le financement de l’établissement » (...) « à titre conservatoire, dans l’attente des clarifications requises de la part de l’État », a annoncé la mairie de paris dans un communiqué.

La Ville de Paris a versé, au titre de l’année scolaire 2022-2023, pour les écoles maternelle, élémentaire et le collège de l’établissement Stanislas un montant de 1 373 905 euros, correspondant aux 483 élèves scolarisés en école maternelle et élémentaire, et aux 1 329 élèves au collège, dans le cadre des règles sur le financement des établissements privés sous contrat par les collectivités.

Ce rapport, révélé mardi par Mediapart, rapporte des « dérives » homophobes et sexistes et des pratiques non conformes avec la loi à l’école privée catholique Stanislas, où sont scolarisés les enfants de la nouvelle ministre de l’Éducation Amélie Oudéa-Castéra.

Étonnement

Dans un article publié ce mercredi soir, Mediapart révèle par ailleurs que la ministre a minimisé les accusations visant l’établissement en affirmant qu’un seul cas d’homophobie était relevé dans le rapport d’inspection. Selon le site d’investigation, le catéchiste visé par ce cas était sollicité par l’établissement depuis trois ans et a tenu d’autres propos homophobes à d’autres moments.

La Ville de Paris « s’étonne » que ce rapport « n’ait fait l’objet d’aucune transmission officielle aux collectivités qui financent cet établissement, et demande que cette communication ait lieu dans les plus brefs délais ». Elle « sollicite également de l’État la transmission du plan d’actions consécutif à ce rapport, dont la presse s’est également fait l’écho ».

Contactée, la mairie de Paris souligne que sera suspendu « le paiement des prochaines échéances » à l’établissement pour l’année en cours, sans plus de détails.

« On attend d’une part que l’État nous transmette le rapport et d’autre part qu’il nous précise quelles mesures il compte prendre » suite à la publication de ce rapport, ajoute-t-on.

À voir également sur Le HuffPost :

Amélie Oudéa-Castéra huée à l’école Littré, l’établissement de son fils durant six mois

Oudéa-Castéra « regrette » d’avoir pu « blesser » des enseignants après ses propos sur l’école