A Stains, une mosquée sous vidéosurveillance

·1 min de lecture

Lorsque Hassan fait visiter la salle de prière de la mosquée Al-Rawda de Stains (Seine-Saint-Denis), il en montre le moindre recoin avec fierté. Des portes battantes anti-incendie aux cheminées d'aération en passant par les installations électriques, protégées et contrôlées régulièrement. "Tout est aux normes, on est l'une des mosquées françaises qui respectent le plus la loi, se réjouit ce responsable technique. On a aussi les caméras."

Ce détail, c'est l'une des particularités de la mosquée Al-Rawda, installée dans un ancien entrepôt de Stains, entre pavillons et grands ensembles. Six caméras, une à l'extérieur et cinq à l'intérieur qui quadrillent la salle de prière calme et feutrée, couverte de tapis orientaux. Elles sont toutes reliées à un poste de contrôle situé à l'étage. "Ça facilite la gérance et ça sert à la sécurité, explique Salih Attia, le président du centre culturel franco-égyptien, l'association qui gère la mosquée. On n'a pas de mauvaise surprise, on peut contrôler."

C'est d'ailleurs à cette condition sine qua non que la mosquée a pu rouvrir fin 2017, après une fermeture administrative décrétée un an plus tôt dans le cadre de l'état d'urgence.

Des images conservées six mois

À l'époque, si la préfecture avait effectivement demandé une remise aux normes de sécurité, elle exigeait surtout le recrutement d'un imam modéré et la constitution d'une "équipe de vigilance chargée d'alerter sur les comporte...


Lire la suite sur LeJDD