Publicité

Stéphane Plaza sera jugé en correctionnelle pour violences conjugales à la fin de l’été

L’animateur et agent immobilier Stéphane Plaza est convoqué en août 2024 devant le tribunal correctionnel pour « violences habituelles » sur deux anciennes compagnes (photo d’illustration)
Stephane Cardinale - Corbis / Corbis via Getty Images L’animateur et agent immobilier Stéphane Plaza est convoqué en août 2024 devant le tribunal correctionnel pour « violences habituelles » sur deux anciennes compagnes (photo d’illustration)

JUSTICE - Prochain épisode devant la justice. L’animateur et agent immobilier Stéphane Plaza est convoqué en août 2024 devant le tribunal correctionnel pour « violences habituelles » sur deux anciennes compagnes, a annoncé ce jeudi 14 mars le parquet de Paris.

À l’issue de sa garde à vue mercredi, l’animateur de M6 a été présenté à un magistrat du parquet qui l’a convoqué pour son procès à venir. « Il lui est plus précisément reproché des violences habituelles par concubin ayant entraîné une incapacité de travail supérieure à huit jours » sur deux victimes, précise le parquet de Paris.

Les faits présumés se sont produits « entre août 2018 et avril 2022 » pour la première femme, victime de violences « physiques et psychologiques », et « entre décembre 2021 et septembre 2022 » pour la seconde, qui rapporte uniquement des violences psychologiques. Des accusations qu’il nie en bloc.

Le parquet de Paris a demandé son placement sous contrôle judiciaire dans l’attente du procès. « Le tribunal évaluera si les charges, aujourd’hui suffisantes pour entraîner des poursuites, le sont également pour entraîner une condamnation », rappelle le parquet. « D’ici là, le prévenu est toujours présumé innocent. »

Dans cette affaire, l’enquête a été ouverte après la publication par Mediapart en septembre de témoignages de trois ex-compagnes de l’agent immobilier qui dénonçaient des « humiliations, menaces, violences verbales et, pour deux d’entre elles, physiques ». Deux de ces femmes ont ensuite écrit au parquet de Paris pour accuser Stéphane Plaza de « violences commises » au cours de leur relation, avait indiqué le parquet en octobre.

À voir également sur Le HuffPost :

Stéphane Plaza au musée Grévin : la future statue de l’animateur fait grincer des dents

Stéphane Plaza menaçant au travail ? Cet article de « Libération » épingle davantage l’animateur