Publicité

Stéphane Plaza: ce que les plaignantes reprochent à l'animateur entendu pour violences conjugales

Pendant des années, il a été "l’animateur télé préféré des Français". Le voilà rattrapé par des accusations de violences conjugales. Selon les informations de BFMTV, Stéphane Plaza est entendu, ce mardi 12 mars, par les policiers du commissariat central de Paris.

Il est interrogé sur les faits dénoncés par plusieurs de ses ex-compagnes. Après une longue enquête de nos confrères de Mediapart en septembre dernier, le parquet de Paris avait indiqué avoir ouvert une enquête pour des faits de "violences par conjoint" susceptibles d’être reprochés à la star de M6. Des violences physiques et psychologiques qu'il a toujours niées.

Un doigt cassé et 10 jours d'ITT

Le parquet n'est saisi que de deux plaintes. Mais ce sont bien trois femmes qui ont dénoncé des violences de la part de l'animateur. La principale plaignante, Jade*, a expliqué avoir entamé une relation avec lui en 2017 alors qu’elle cherchait du travail dans le domaine du stylisme. Elle raconte une relation ponctuée de hauts et de bas pendant plusieurs années avant que les violences qu'elle dénonce ne surviennent.

Auditionnée par les policiers, elle est revenue sur un événement survenu le 25 avril 2022 aux alentours de 13 heures, a appris BFMTV.

En pleine crise, Stéphane Plaza l’aurait violentée, lui cassant un doigt et lui en luxant deux autres. Toujours selon son récit, il l’aurait collée contre un mur en plaçant un bras sous sa gorge. Il s’est ensuite excusé par SMS, comme elle l’a expliqué aux enquêteurs.

Mais en parallèle, il semblait s’amuser de la situation auprès de certains de ses proches. Jade raconte ainsi que, peu après les faits, il est arrivé avec elle sur un plateau de tournage en disant : "Vous avez vu la force que j’ai?! C’est moi qui lui ai fait ça!", alors que la jeune femme avait la main dans une attelle.

En décembre dernier, Jade est passée, selon nos informations, aux unités médico-judiciaires où un médecin lui a décerné une incapacité totale de travail de dix jours, notamment en raison des "répercussions psychologiques" de cet événement.

Du "harcèlement moral"

Autre plaignante, Eva* assure avoir été mordue à deux reprises, en dehors de tout contexte particulier. Entendue par les policiers, elle a aussi décrit des faits de "harcèlement moral" à l’encontre de l’animateur. "Il était parfois très agressif", avait-elle témoigné dans les colonnes de Mediapart.

Enfin, Julia* a également déploré le comportement menaçant et violent de Stéphane Plaza en racontant, notamment, qu’il l’avait menacée, un jour, dans un restaurant avec une fourchette alors qu’elle le questionnait sur son infidélité.

Dans un communiqué, les avocats de Stéphane Plaza ont confirmé cette convocation par la police, "afin de pouvoir répondre à toutes les interrogations qui se posent et pouvoir établir que les accusations à son encontre sont dénuées de tout fondement".

Article original publié sur BFMTV.com