Publicité

Stéphane Plaza nie les accusations de violences conjugales lors de sa garde à vue

Stéphane Plaza, ici en 2017, est accusé de violences conjugales par des ex-compagnes.
Eric Fougere - Corbis / Corbis via Getty Images Stéphane Plaza, ici en 2017, est accusé de violences conjugales par des ex-compagnes.

JUSTICE - Il nie fermement les faits. Interrogé par le commissariat central de Paris dans le cadre d’une garde à vue pour des faits de violences conjugales, l’agent immobilier Stéphane Plaza a réfuté tous les faits qui lui sont reprochés ce mercredi 13 mars, ont appris Le Parisien et BFMTV de sources proches de l’affaire.

Stéphane Plaza désormais en garde à vue dans l’affaire de violences conjugales

Selon les deux médias, l’animateur de M6 confronté aux deux plaignantes aurait affirmé être victime d’une vengeance de la part de ses ex-compagnes. D’après Le Parisien, Stéphane Plaza aurait été coutumier des infidélités et les accusations à son encontre seraient une manière pour ses elles de nuire à son image, aurait estimé l’animateur.

Concernant les faits reprochés, une des accusatrices aurait évoqué un épisode violent survenu en 2022 où le présentateur de Chasseurs d’appart’ lui aurait cassé un doigt et luxé deux autres. Elle l’aurait aussi accusé de l’avoir collée contre un mur en plaçant son bras sous sa gorge avant de se vanter.

Les blessures ? Des accidents selon Plaza

La seconde plaignante accuse le présentateur de télévision de « harcèlement moral », tout en évoquant dans sa plainte des morsures à deux reprises et un comportement menaçant et violent. Pour se défendre concernant les blessures évoquées par ses ex-compagnes, Stéphane Plaza aurait parlé d’accidents.

En revanche, sur les nombreux SMS échangés tels que : « Qu’est-ce que je vais faire la prochaine fois ? Je te boxe ? » ou « Comment j’ai attendu 51 ans pour être violent ? », il aurait reconnu avoir été trop loin, rapporte BFMTV.

Malgré des enquêtes internes au sein de la chaîne M6 et ces lourdes accusations, jugées « diffamatoires et injurieuses » par les avocats de Stéphane Plaza, l’animateur semblait presque se réjouir de cette convocation par la police parisienne comme il l’a montré sur ses réseaux sociaux. Sa garde à vue doit se terminer jeudi matin.

À voir aussi sur Le HuffPost :

IVG dans la Constitution le 8 mars : Macron veut déminer le procès en inaction sur sa « grande cause »

Le film « HLM Pussy » montre que le milieu social joue aussi dans la lutte contre les violences sexistes