Sri Lanka: Ranil Wickremesinghe retrouve le poste de Premier ministre

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
L'ancien Premier ministre sri-lankais Ranil Wickremesinghe (au centre) a repris dimanche les rênes du gouvernement, ce qui devrait mettre fin à la crise politique qui dure depuis son limogeage surprise, en octobre. /Photo prise le 29 novembre 2018/REUTERS/Dinuka Liyanawatte
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

COLOMBO (Reuters) - L'ancien Premier ministre sri-lankais Ranil Wickremesinghe a repris dimanche les rênes du gouvernement, ce qui devrait mettre fin à la crise politique qui dure depuis son limogeage surprise, en octobre.

Le président Maithripala Sirisena avait nommé Mahinda Rajapaksa fin octobre pour le remplacer, mais le nouveau chef du gouvernement a dû démissionner samedi faute de majorité parlementaire.

Ranil Wickremesinghe, dont c'est le cinquième passage aux affaires, n'a achevé aucun de ses mandats. Il a été investi dimanche en présence du chef de l'Etat, qui avait promis de ne pas le reconduire à la tête du gouvernement. Maithripala Sirisena a dû changer d'avis sous la pression du Parlement pour obtenir l'adoption d'un budget avant la date limite du 1er janvier.

"C'est une victoire pour les institutions démocratiques du Sri Lanka et la souveraineté de nos citoyens. Je remercie tous ceux qui ont fermement défendu la constitution et assuré le triomphe de la démocratie", s'est félicité Ranil Wickremesinghe sur Twitter.

Le gouvernement Rajapaksa a fait l'objet de deux motions de censure que le président contestait pour des raisons de procédure. Les contraintes budgétaires votées au parlement l'ont finalement contraint à accepter la démission de l'exécutif.

Arrivé au pouvoir en 2015, Maithripala Sirisena s'est posé en garant de la démocratie et de la lutte contre la corruption, mais la crise politique lui a coûté cher en termes de popularité. Beaucoup l'ont mise sur le compte de divergences personnelles avec Ranil Wickremesinghe centrées sur l'équilibre des relations avec l'Inde, l'allié traditionnel, et la Chine, qui a beaucoup investi récemment au Sri Lanka.

(Shihar Aneez et Ranga Sirilal, Arthur Connan et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles