Publicité

Spotify annonce une réduction “douloureuse” de ses effectifs, malgré de bons chiffres

C’est une décision “difficile” que le patron de Spotify a annoncée ce lundi 4 décembre dans une lettre à son équipe, rapporte la BBC. Le numéro 1 des plateformes de streaming musical supprime 17 % de ses effectifs, “soit environ 1 500 emplois”, pour réduire ses coûts et faire face au “ralentissement ‘spectaculaire’ de la croissance mondiale”.

Alors que les résultats les plus récents étaient “positifs”, Daniel Ek dit être “conscient qu’une réduction des effectifs de cette ampleur puisse paraître surprenante” et qu’elle sera “incroyablement douloureuse pour l’équipe”. Au troisième trimestre, le géant de la diffusion en flux a en effet enregistré un bénéfice net de 65 millions d’euros, “grâce à la hausse de ses tarifs et du nombre de ses abonnés”, détaille le média public britannique.

Troisième vague depuis début 2023

Spotify “accélère ses efforts pour atteindre la rentabilité”, constate The Wall Street Journal, qui rappelle que cette nouvelle vague de licenciements est la troisième depuis le début de l’année – 600 postes ont été supprimés en janvier, 200 en juin.

Le directeur général a expliqué à son équipe que “Spotify dépense encore trop d’argent, malgré les efforts déployés pour réduire les coûts”, résume le quotidien économique. Le ralentissement de la croissance économique et la hausse des taux d’intérêt sont en cause, justifie-t-il.

Comme d’autres entreprises de la tech, cependant, Spotify a largement recruté à la faveur de la pandémie, “ses effectifs ayant presque doublé au cours des trois dernières années, pour atteindre plus de 8 000 salariés”. Mais dans un contexte de ralentissement économique, les investisseurs “s’attachent plus à la rentabilité qu’à la croissance”, et “de nombreuses entreprises axées sur la diffusion en flux ont réduit radicalement leurs coûts”, explique le quotidien américain.

D’ailleurs, lundi matin, le cours de Spotify a bondi de 2,5 % dans les échanges avant ouverture à Wall Street, note Bloomberg, signe que les investisseurs sont sensibles à la cure d’austérité du patron de Spotify. Et qu’ils n’ont guère de doute sur l’avenir de la plateforme, qui a gagné “100 millions d’utilisateurs cette année, sa meilleure à ce jour” et enregistré “un bénéfice au dernier trimestre, chose inhabituelle”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :