Publicité

« La Zone d’intérêt », « They Shot the Piano Player », « Le bonheur est pour demain », « Sous le vent des Marquises » et « Argylle » : quels films aller voir ?

Le Bonheur est pour demain avec Damien Bonnard et Laetitia Casta.  - Credit:Paradis Films - Florence Narozny / Fechner Films - Micro Climat
Le Bonheur est pour demain avec Damien Bonnard et Laetitia Casta. - Credit:Paradis Films - Florence Narozny / Fechner Films - Micro Climat

D'un côté, le cauchemar. Celui du camp d'Auschwitz-Birkenau qui, sans jamais être montré, tient la première place de La Zone d'intérêt. De l'autre, Argylle, une production américaine boursouflée et aussi excitante qu'un plat de raviolis en boîte.

Entre les deux, une poignée de films français délicieux qui, sans jouer la carte de l'originalité, offrent de belles prestations d'actrices – Laetitia Casta – et d'acteurs peu habitués aux drames – François Damiens. Pour l'audace, il faudra plutôt opter pour le cinéma toujours inventif de l'Espagnol Fernando Trueba.

La Zone d'intérêt ✭✭✭✭
Auschwitz au fond du jardin

Grand Prix du jury au dernier Festival de Cannes, ce film du Britannique Jonathan Glaser a fait l'effet d'un électrochoc. Tiré du roman de son compatriote Martin Amis, mort à 73 ans, deux jours avant sa présentation à Cannes, il nous fait vivre un cauchemar éveillé. L'histoire ? Le commandant SS du camp d'Auschwitz-Birkenau, Rudolf Höss, et sa famille mènent une vie paisible, à deux pas des fours crématoires, dans leur grande maison. Leur personnel est juif.

Dès le générique, le ton est donné, glaçant comme cet écran noir qui semble nous avertir du pire. L'originalité du propos tient à suggérer les horreurs du camp en utilisant le procédé du hors-champ, un noir et blanc brillant, des plans filmés en infrarouge et une bande-son déroulée comme une longue plainte où s'entremêlent cris, pleurs et coups de feu. On ne voit jamais ce qui se passe derrière les bar [...] Lire la suite