Publicité

Yannick Noah malade : nouvelle rechute deux mois après son hospitalisation, ce cliché qui inquiète

Ancien champion de tennis, Yannick Noah s'était illustré durant sa carrière sportive en remportant le prestigieux tournoi parisien de Roland-Garros il y a maintenant 40 ans. Après avoir raccroché sa raquette, le père du basketteur Joakim Noah s'est tourné vers une carrière d'artiste, et plus précisément de chanteur. Après avoir écumé les salles de concerts un peu partout en France, en interprétant des tubes cultes comme par exemple Saga Africa, Yannick Noah a pris la décision de partir s'installer du côté du Cameroun il y a quelques années. Malheureusement, la santé du musicien lui joue des tours depuis quelques mois.

Alors qu'il venait tou juste de rentrer d'un séjour passé en Polynésie française il y a deux mois, l'ancien champion de tennis a dû être hospitalisé à la suite d'une crise de paludisme. "Belle crise de palu pour fêter le retour", avait-il écrit sur Instagram pour annoncer la mauvaise nouvelle à ses fans. Pour rappel, le paludisme est une maladie transmise par les piqûres de moustique. Elle cause généralement une forte fièvre, des maux de tête, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs musculaires, des maux d'estomac, et peut être potentiellement mortelle. Finalement, le chanteur avait ensuite indiqué qu'il se sentait beaucoup mieux après son passage à l'hôpital.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Yannick Noah (@yannicknoah) (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

"C'était concours de quéquettes" : cette scène surréaliste entre Johnny Hallyday et Michel Sardou
Jean-Michel Maire escroqué : cette énorme somme d'argent que son ex-compagne “psychopathe” lui a dérobée
Danielle Moreau : comment elle s'est retrouvée malgré elle dans un "film très, très érotique"
Obsèques de Georges Kiejman : Fanny Ardant très touchée, Isabelle Huppert, Anne Sinclair... Leur adieu à l'avocat
Benoît Magimel en couple avec Juliette Binoche : ses rares confidences, "J'ai essayé d'être dans la normalité..."