Publicité

XV de France: Bielle-Biarrey n’accable pas l’arbitrage après la défaite face à l’Afrique du Sud

Les derniers mois complètement fous de Louis Bielle-Biarrey (20 ans) ont vécu une fin brutale, dimanche sur les coups de 23h avec l’élimination du XV de France en quart de finale de la Coupe du monde face à l’Afrique du Sud (28-29). Jusqu'ici, le jeune ailier était sur un nuage après avoir glané sa place dans le groupe de manière inattendue, puis de titulaire sur l’aile. Il a conclu la compétition avec le temps de jeu le plus élevé en compagnie de Damian Penaud, autre ailier des Bleus.

"L'arbitrage n'a pas été avec nous mais on a été trop imprécis sur certains domaines"

Dans une interview à L’Equipe, il se confie sur les instants qui ont suivi la terrible défaite face aux Boks.

"Ce n'était pas du déni, mais un peu quand même", confie le Bordelais. "On se disait que ce n'était pas possible."

"C'était forcément pesant", ajoute-t-il. "On avait tous l'objectif d'aller le plus loin possible, et on savait que nous avions trois finales à jouer. Malheureusement, on a perdu la première. Je pense que nous avions vraiment les moyens pour aller au bout. Le groupe a conscience qu'il a laissé passer une énorme opportunité de marquer l'histoire en France. Tout le monde était dégoûté et abattu. Les Springboks sont une énorme équipe, une des meilleures du monde, mais on n'était pas dépassés. On a fait jeu égal, voire plus. Il y avait plus que de la place pour passer mais on a fait deux ou trois erreurs qui nous coûtent autant d'essais en première mi-temps. Ils ont très bien joué leur jeu aussi. Il faudra se servir de ce match."

Il est aussi revenu sur la grosse polémique suscitée par les décisions arbitrales litigieuses du Néo-Zélandais Ben O’Keefe, publiquement critiqué par le capitaine Antoine Dupont.

"On l'a un peu débriefé", explique-t-il. "C'est vrai que quelques situations ne tournent pas en notre faveur. Mais ce n'est pas sur deux ou trois petites actions qu'on perd le match. L'arbitrage n'a pas été avec nous mais on a été trop imprécis sur certains domaines. C'est peut-être la goutte d'eau qui fait déborder mais le vase était déjà bien rempli."

Article original publié sur RMC Sport