Publicité

Vuelta (8e étape): dépité, Evenepoel ne savait pas qu'il roulait pour la victoire

Vuelta (8e étape): dépité, Evenepoel ne savait pas qu'il roulait pour la victoire

Remco Evenepoel est dépité. Le tenant du titre de la Vuelta aurait aimé un meilleur destin sur les pentes de Xorret de Cati, à l'occasion de la 8e étape. Le phénomène Belge, pour qui seule la victoire est belle, était furieux à l'arrivée de s'être laissé surprendre au sprint par Primoz Roglic, après avoir lancé de trop loin, à 300 mètres du but.

"Je ne savais pas qu’on roulait pour la victoire d’étape", a pesté le Belge sur la ligne d'arrivée. "C’est frustrant. Je pensais qu’il y avait encore quelqu’un devant. C’est pour ça que je n’ai pas pleinement lancé mon sprint. Le sprint de Primoz n’était pas fameux… J’ai ralenti un peu. Je me suis mis dans sa roue juste pour arriver tranquille et puis j’ai vu sur l’écran que j’étais deuxième. C’est une étape que je lui ai presque donnée à Primoz. Je le félicite mais c’est quand même frustrant pour moi de rater l’étape." "C'est une honte, a répété le coureur à plusieurs reprises, assurant avoir été mal renseigné sur le profil du dernier kilomètre. Je ne savais pas où était la ligne, j'ai perdu quelques secondes, je me sens un peu stupide (...) J'ai bien contrôlé dans l'ascension, Jonas et Primoz étaient avec moi mais j'ai compris qu'ils n'avaient pas les jambes, nous avons raté une belle victoire ici", a-t-il encore lâché, dépité, au micro d'Eurosport.

Un dimanche pour les costauds

Après huit étapes, et avec le jeu des bonifications, Evenepoel est sixième du général à 2'31" de Kuss. Il compte sept secondes d'avance sur Roglic, onze sur Vingegaard et Mas et 21 sur Ayuso. Autant dire rien, au vu des étapes qui se profilent encore.

Dimanche, la bataille reprend sur une étape au final comparable, au terme de 184 km entre Cartagena et Collado de la Cruz de Caravaca. Après un col de première catégorie à 124 km du but, l'arrivée sera jugée au sommet d'une ascension irrégulière de huit km (2e catégorie) avec des casse-pattes à 20% et une rampe terminale à 16%. Les cadors y trouveront une nouvelle occasion d'établir une hiérarchie.

Article original publié sur RMC Sport