Publicité

À Carbonne, sur l'A64 entre Toulouse et Bayonne, bloqué par des agriculteurs depuis jeudi.    - Credit:NATHALIE SAINT AFFRE / MAXPPP / PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXP
À Carbonne, sur l'A64 entre Toulouse et Bayonne, bloqué par des agriculteurs depuis jeudi. - Credit:NATHALIE SAINT AFFRE / MAXPPP / PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXP

« Je suis prêt à venir chercher Gabriel Attal en tracteur pour faire le buzz », confie Jérôme Bayle sur le barrage qui coupe l'autoroute A64 (Toulouse-Bayonne) à la hauteur de l'échangeur de Carbonne (Haute-Garonne). L'éleveur barbu de Montesquieu-Volvestre à la carrure de rugbyman s'est imposé à 43 ans comme le porte-parole des agriculteurs en colère. Samedi après-midi, cet adhérent de base de la FDSEA a longuement été reçu par le préfet de région à Toulouse avec deux de ses camarades du sud du département.

À la sortie de la préfecture, sa détermination à poursuivre l'action reste entière. « On veut du concret, pas des paroles », lâche la nouvelle icône médiatique des campagnes. « Le sujet étant extrêmement technique, on ne peut pas les régler aussi facilement », fait valoir Pierre-André Durand, le préfet de région.

Jérôme Bayle a hissé sa grande carcasse sur la place du Capitole mardi 16 janvier, s'emparant du micro pour appeler au blocage de l'autoroute à la fin de la démonstration de force de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs. Les leaders syndicaux régionaux traditionnels, qui demandaient à leurs troupes de rentrer sagement à la maison après avoir fait défilé près de 400 tracteurs dans la capitale régionale, sont court-circuités dans l'instant.

À Carbonne, un campement organisé pour durer

Un autre éleveur quadragénaire raconte ce putsch médiatique : « On était contre les barrières, Jérôme a pris le micro parce qu'il a plus de caractère que les autres [...] Lire la suite