Publicité

Ukraine : Zelensky indique que Kiev a "besoin d'un peu plus de temps" avant de lancer sa contre-offensive

Le président ukrainien s'est confié dans une interview à la BBC, évoquant les ambitions de Kiev. Il a reconnu que l'Ukraine n'était pas encore prête à lancer un nouvel assaut.

Une attaque encore repoussée. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a confié que la tant attendue contre-offensive des troupes de Kiev n'était pas encore programmée à court terme, faute de moyens militaires, dans une interview donné depuis Kiev à la BBC et parue ce jeudi.

"Nous devons attendre. Nous avons encore besoin d'un peu plus de temps", reconnaît-il.

En cause ? Le manque de munitions qui fait craindre de lourdes pertes à Volodymyr Zelensky. "Avec (ce que nous avons), nous pouvons avancer et obtenir des succès. Mais nous perdrions beaucoup d'hommes et je pense que c'est inacceptable", assure-t-il.

Un manque de munitions

L'ancien acteur, devenu chef de guerre, a raconté que ses troupes avaient bénéficié de séances d'entraînements auprès de pays membres de l'Otan. S'il considère que ses hommes sont "prêts", il estime que tout n'est pas encore aligné pour permettre de lancer l'assaut.

ll pointe ainsi le manque de munitions, notamment de véhicules armés, qui arrivaient auparavant "par lots", et le risque de voir la guerre évoluer en "conflit gelé", ce "sur quoi compte la Russie", selon lui.

En pleine préparation pour la contre-offensive, le New York Times avait rapporté que neuf brigades ukrainiennes sur douze étaient formées par plusieurs pays de l'Otan, dont les États-Unis et la France.

En cas d'échec, au moins partiel, d'une contre-offensive, Volodymyr Zelensky craint de voir les Occidentaux réduire leurs livraisons militaires et encourager Kiev à négocier avec Moscou pour éventuellement lui céder des régions.

"Ils ne peuvent pas contraindre l'Ukraine à abandonner des territoires. Pouquoi est-ce qu'un pays, où qu'il soit dans le monde, donnerait ses territoires à Poutine ?", dénonce-t-il.

Une contre-offensive attendue

L'Ukraine affirme depuis des semaines préparer une contre-offensive de grande ampleur, plus d'un an après le début de l'invasion russe. La date exacte du début de cet assaut fait l'objet de nombreuses spéculations, certains experts ayant un temps évoqués la période du début du mois de mai.

Entre séances d'entraînement, opérations de sabotage sur le sol russe et évacuations de plusieurs localités situées dans la région occupée de Zaporijia, les Ukrainiens montrent ces dernières semaines des signes de préparations d'une nouvelle offensive, soutenue par des envois militaires occidentaux.

Un haut responsable militaire ukrainien a affirmé mercredi que les forces de Kiev ont mené des "contre-attaques efficaces" à Bakhmout, épicentre des combats dans l'est de l'Ukraine ayant forcé la Russie à reculer.

Côté russe, Vladimir Poutne a promis mardi, à l'occasion des commémorations de la défaite de l'Allemagne nazie en 1945, la "victoire" en Ukraine.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Guerre en Ukraine - Frédéric Encel : "Est-ce qu’en livrant des armes, la France ou l’Europe seront menacées d’une riposte nucléaire ? Je ne crois pas"