Publicité

UFC: Benoît Saint-Denis veut faire effacer sa seule défaite contre Elizeu Zaleski, sanctionné pour dopage

Il a déjoué la plupart des pronostics en martyrisant avec la manière le Brésilien Ismael Bonfim (victoire sur soumission dès le 1er round), et signé une troisième victoire de suite à l'UFC. Aussi, Benoît Saint-Denis a désormais des demandes. Le combattant français espère un nouveau contrat bien plus rémunérateur avec la puissante organisation, un beau combat à Paris début septembre (contre le Polonais Mateusz Gamrot ?), mais pas seulement. Comme il l'a expliqué dans la nuit de samedi à dimanche au micro de RMC Sport, "God of War" veut aussi... un bilan immaculé.

En douze combats comptabilisés en carrière, le poids léger tricolore affiche en effet onze succès, pour une défaite. Un revers concédé lors de son tout premier combat à l'UFC, le 30 octobre 2021, face à un autre Brésilien, Elizeu Zaleszki dos Santos. Un adversaire bien plus lourd dans la cage ce soir-là, et surtout testé positif à l'ostarine - une substance prohibée - par la patrouille antidopage américaine (l'Usada) quelques mois plus tard. Ce qui avait valu à Elizeu une suspension d'un an... tout en conservant son succès contre Benoît Saint-Denis, le test positif ayant eu lieu après coup. Ce que n'accepte pas "BSD".

>>> Abonnez-vous à RMC Sport pour regarder l'UFC et le meilleur du MMA

"Benoît Saint-Denis, c’est un combattant invaincu"

"Je veux vraiment avoir mon no contest contre Elizeu (il n'y aurait alors aucun vainqueur, ndlr), c’est quelque chose sur quoi je vais vraiment insister avec l’UFC, glisse aujourd'hui le Français. Parce que quand on fait partie d’un programme antidopage et qu’on se fait choper trois mois après un combat, lors de l’entraînement suivant, je considère qu’on doit être puni. Benoît Saint-Denis, c’est un combattant invaincu."

S'il venait à être entendu, ce qui n'est pas gagné, l'ancien des forces spéciales passerait ainsi à 11-0-1, dont 3-0-1 à l'UFC. Car depuis la défaite contre Elizeu Zaleski, Saint-Denis a battu avant la limite l'Allemand Niklas Stolze, le Brésilien Gabriel Miranda, et donc Ismael Bonfim.

En septembre 2022, au moment de l'annonce de la suspension d'Elizeu, BSD s'était déjà confié à RMC Sport sur le sujet. "Je ne suis pas étonné (du test positif de son adversaire, ndlr), lançait-il alors. J’ai déjà tourné avec des mecs chargés en sparring. Je connais le ressenti, c’est celui que j’avais avec Elizeu. Surtout qu’il y avait les huit kilos en ma défaveur, mais ça c’est ma faute parce que je n’étais pas dans ma catégorie de poids. Mais bien sûr que les stéroïdes font que la puissance d’impact n’est pas la même. Tu te sens comme un junior. Il faut imaginer que la force qu’il va développer est celle d’un adulte, et toi celle d’un adolescent. (…) Il y a une grosse marge. Donc je ne suis pas étonné. Ce qui est chiant, c’est que ce n’est pas comme Armstrong qui mettait la dose aux gars en vélo, et qui disparaissait de leur champ de vision. Nous le problème, c’est que ce sont des dégâts à vie sur ton corps, que tu subis dans l’octogone. Parce que le gars va défendre deux ou trois amenées au sol de plus, ou va se relever facilement, chose qu’il n’aurait peut-être pas fait avec une puissance lambda. Et derrière, il va te faire payer le prix fort. Ça peut coûter cher. Ça peut coûter des os cassés, beaucoup de sang et une addition assez salée."

Article original publié sur RMC Sport