Publicité

Terrorisme : la sœur de Samuel Paty déplore l’absence de « prise de conscience » depuis sa mort

Mickaëlle Paty, la soeur du professeur décapité pour avoir enseigné la liberté d'expression, à Cannes lors du baptême d'une place au nom de Samuel Paty.  - Credit:Chateau Cyril / Chateau Cyril/ABACA
Mickaëlle Paty, la soeur du professeur décapité pour avoir enseigné la liberté d'expression, à Cannes lors du baptême d'une place au nom de Samuel Paty. - Credit:Chateau Cyril / Chateau Cyril/ABACA

L'actualité l'a conduite à reprendre la parole. Mickaëlle Paty s'est exprimée ce jeudi 28 mars sur le plateau de BFMTV, alors qu'un proviseur a dû quitter son établissement scolaire après des menaces de mort liées au port du voile d'une élève.

La sœur de l'enseignant décapité en octobre 2020 pour avoir enseigné la liberté d'expression à ses élèves dit être motivée par «  le peu de progrès, le peu de prise de conscience de ce qui est arrivé à [s]on frère ». La sœur de la victime espère ainsi un « sursaut de la part de l'État pour que de pareilles choses ne puissent plus arriver ».

"Peu de progrès": Mickaëlle Paty regrette le manque de "prise de conscience" depuis l'assassinat de son frère pic.twitter.com/sKGDvSOQwG

— BFMTV (@BFMTV) March 28, 2024

Le 16 octobre 2020, Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie dans un collège à Conflans-Sainte-Honorine, avait été décapité par un terroriste islamiste après avoir montré des caricatures du prophète Mahomet, dont celles de Charlie Hebdo, à ses élèves. Presque trois ans plus tard jour pour jour, le 13 octobre 2023, Dominique Bernard, professeur de français, était lui aussi tué en raison de son métier d'enseignant.

« Réaction assez rapide  » au lycée Maurice-Ravel

Ces déclarations sont faites un mois après que le proviseur d'un établissement du 20e arrondissement de Paris, le lycée Maurice-Ravel, a été menacé de mort sur les réseaux sociaux pour avoir demandé à une étudiante de retirer son voile. L'homme a fina [...] Lire la suite