Publicité

Supporter tué avant Nantes-Nice: les chauffeurs de VTC dénoncent "un guet-apens"

Dans l'enquête sur le meurtre d'un supporter du FC Nantes, survenu samedi en marge d'un match face à Nice, un chauffeur de VTC a été placé ce dimanche en garde à vue, du chef notamment d'homicide volontaire. Celui-ci, qui faisait partie d'un convoi transportant une trentaine de supporters niçois, s'est rendu lui-même à l'hôtel de police.

D'après l'un des chauffeurs de la délégation niçoise, qui a témoigné pour Ouest France, "une horde de supporters cagoulés" a "attaqué" le convoi et la situation a dégénéré ensuite. Les personnes, "encagoulés en noir ou en jaune et vert", ont "commencé à ouvrir les portières et à taper" les cliens qui se trouvaient à l'intérieur des voitures. "Moi j'ai baissé ma vitre et je leur ai dit d'arrêter ça", a indiqué ce témoin, entendu ensuite par la police.

"On est aussi tombés dans un guet-apens"

"Un mec a mis un coup de pied dans ma calandre", a prolongé ce témoin. "Il s'est retourné, il a tapé mon pare-brise. Il est tombé au sol. J'ai avancé. Et tous mes autres collègues se sont fait agresser aussi." Au cours de ces événements, un homme de 31 ans, supporter du FC Nantes, s'est effondré et n'a pas pu être réanimé. Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime aurait été touchée au dos, manifestement par arme blanche.

David Tan, porte-parole des VTC, se trouvait en tête de cortège ce samedi. "On a vu 300 supporters arriver carrément sur la route, pour tenter d'extirper des voitures les supporters niçois", a-t-il indiqué à l'Equipe. "Ça tapait, ça tapait, ça disait: 'Niq... les....' Et il y a eu ce drame. Mon collègue n'était pas là pour porter un coup de couteau... C'est terrible, mais on est dans un monde de fous, on est aussi tombés dans un guet-apens, il y a eu faille quelque part."

De son côté, le FC Nantes, qui a gagné le match face à Nice (1-0) pour la première sur le banc de Jocelyn Gourvennec, a exprimé sa "douleur" et adressé ses condoléances aux proches du supporter décédé. La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, en a fait de même tout comme la Ligue de football professionnel (LFP).

Article original publié sur RMC Sport