Publicité

Le Stade Toulousain remet les pendules à l'heure en Champions Cup, un nul en forme d'exploit pour Bayonne

Le Stade Toulousain, pas encore à plein régime en championnat, a mis les pendules à l'heure en Champions Cup, dont il a lancé sa campagne samedi par une victoire bonifiée contre Cardiff (52-7), avec un doublé de son nouveau joueur Blair Kinghorn. On a retrouvé Antoine Dupont. Un peu moins "flamboyant" qu'à l'accoutumée, de son propre aveu, depuis son retour de la Coupe du monde, la tête de gondole du rugby français avait même fait l'objet de quelques critiques. Le demi de mêlée, en jambes et très présent défensivement, a pris un malin plaisir à y répondre avec un match plein face à des Gallois nettement inférieurs à ce Toulouse-là. Il n'a pas marqué, mais a réalisé plusieurs gestes de classe, comme cette passe dans l'intervalle pour Pierre-Louis Barassi (37e), lui aussi auteur d'une belle prestation, ou son cadeau de bienvenue à Kinghorn.

Le grand arrière écossais, arrivé en début de semaine seulement sur les bords de la Garonne pour pallier le départ à Toulon de Melvyn Jaminet, n'aura mis que 26 minutes à inscrire son premier essai sous ses nouvelles couleurs, sur un service de son capitaine.
Il n'a pas dû être trop dépaysé par la météo, avec une forte pluie qui n'a pas empêché les quintuples champions d'Europe d'assurer le bonus offensif dès la première mi-temps après une belle combinaison conclue par Anthony Jelonch sur une pénalité jouée à la main. Matthis Lebel, de retour à l'aile après avoir dernièrement évolué à l'arrière, et le deuxième ligne australien Richie Arnold, avaient marqué les deux premiers essais dans les dix premières minutes. On avait alors rapidement compris qu'il n'y aurait pas beaucoup de suspense pour les champions de France en titre contre une équipe de Cardiff joueuse et volontaire, mais trop limitée. Le remake de la première finale de l'histoire de la Coupe d'Europe, remportée en 1996 par Toulouse, a légèrement baissé de rythme en deuxième mi-temps, une fois le bonus acquis. Arthur Retière, Alban Placines et Kinghorn, encore, après la sirène, ont tout de même participé au festival offensif (six essais au total). Le pilier droit néo-zélandais Nepo Laulala a lui aussi étrenné son nouveau maillot en remplaçant David Ainu'u, titularisé à la dernière minute après la blessure de Dorian Aldegheri à l'échauffement. Tombés dans le dernier carré des deux dernières éditions de la Champions Cup, les Toulousains devraient avoir la tâche un peu plus rude la semaine prochaine à Londres sur la pelouse des Harlequins.

Toulon s'incline à la sirène face à Exeter

Pour son retour en Champions Cup, Toulon s'est incliné (18-19) en fin de rencontre face aux Anglais d'Exeter samedi au stade Mayol, lors de la première journée. Absent de la compétition depuis une élimination sur tapis vert face au Leinster en 2021, le RCT a mal débuté sa campagne en s'inclinant sur sa pelouse à la dernière seconde après un essai du flanker Jacques Vermeulen transformé par le centre Henry Slade. C'est la première défaite de Toulon à Mayol cette saison. Exeter, champion d'Europe en 2020, était largement mené à la pause (18-5) mais les Anglais ont su inverser la tendance pour l'emporter et signer une entrée parfaite dans la compétition. Le match avait déjà mal débuté pour les Toulonnais qui ont encaissé un premier essai de l'ouvreur anglais Harvey Skinner (16e) après une interception. Mais les hommes de Pierre Mignoni ont pu compter sur le soutien de leur public pour inscrire deux essais avant la pause et prendre une bonne avance au tableau d'affichage.

En tête de 13 points à la mi-temps, les Varois semblaient bien partis pour poursuivre leur série de succès mais ils ont perdu pied dans le deuxième acte face à une formation anglaise retrouvée. Les Chiefs d'Exeter ont largement dominé la seconde période, marquée par la sortie sur blessure du demi de mêlée toulonnais Baptiste Serin deux minutes après son entrée en jeu. Les Anglais ont longtemps occupé le camp adverse pour se rapprocher au score grâce au talonneur anglais Max Norey à l'heure de jeu avant de revenir à seulement un point à quelques secondes de la fin après un essai du troisième ligne sud-africain Jacques Vermeulen. Après la sirène, le centre Henry Slade n'a pas tremblé pour transformer l'essai et offrir une victoire précieuse à son équipe dans un stade Mayol électrique. Le RC Toulon n'aura déjà plus le droit à l'erreur vendredi sur la pelouse de Northampton (21h00) alors qu'Exeter recevra le Munster dimanche prochain (14h00) pour valider son bon début de compétition à l'extérieur.

Le nul en forme d'exploit de Bayonne

Alors qu'il s'attendait à vivre l'enfer devant la Red Army, l'Aviron a arraché un nul épatant pour sa première en Champions Cup face à un Munster (17-17) loin de ses standards de grand d'Europe. Malgré un effectif fortement remanié, les Basques ont fait plus que résister aux Irlandais, jouant sans complexe notamment un deuxième acte référence dans le sillage de Junior Tagi dont la rentrée a changé beaucoup de choses.

Auteur de l'essai en force de l'espoir (14-10, 47e), le pilier fidjien a contaminé ses partenaires qui ont fini beaucoup plus fort que leurs hôtes. Un maul pénétrant avançant sur 15 mètres, suivi d'un service du demi de mêlée Gela Aprasidze pour l'ailier Rémy Baget en coin (76e) et voilà comment on éteint Thomond Park, cimetière de tant d'équipes françaises.

Le Munster, vainqueur du dernier United Rugby Championship, n'a jamais su ou pu se détacher face aux coriaces basques, certes indisciplinés mais accrocheurs à souhait. Leur bonne entame - pénalité de Maxime Machenaud (5e) - n'a pourtant pas résisté au réveil irlandais qui, sans être brillants, ont fait parler leur expérience et une belle combinaison pour envoyer derrière la ligne Shay McCarthy (10e), imité par Gavin Coombes dix minutes plus tard suite à une pénaltouche (14-3, 20e).

Mais la déferlante alors redoutée n'a pas eu lieu. Dominateurs en mêlée, les hommes de Grégory Patat ont sorti la tête de l'eau sans être récompensés après une percée de Mathis Perchaud débouchant sur un essai en coin de Cheikh Tiberghien (23e) refusé pour un en-avant de Facundo Bosch au préalable.

Faisant jeu égal dans tous les compartiments du jeu, les Bayonnais n'ont plus craqué par la suite, faisant même douter le Munster qui a préféré prendre les trois points d'une pénalité plutôt que l'option pénaltouche comme cela avait été le cas jusque-là (17-10, 55e). Le finish bayonnais a fini par payer et il aurait été injuste que la dernière tentative de drop de Jack Crowley ne finisse entre les perches pour cet Aviron-là.

Article original publié sur RMC Sport