Publicité

Six Nations : pourquoi le nouveau protège-dents connecté ne séduit pas les Bleus

Lors du tournoi des Six Nations en février 2023, pendant le match France-Écosse.   - Credit:Ruhaut Sandra / Ruhaut Sandra/Icon Sport/ABACA
Lors du tournoi des Six Nations en février 2023, pendant le match France-Écosse. - Credit:Ruhaut Sandra / Ruhaut Sandra/Icon Sport/ABACA

Il doit améliorer la prise en charge des chocs à la tête, mieux les évaluer et prévenir les commotions cérébrales. Depuis le début de l'année, le port du protège-dents connecté a été généralisé à tout le rugby professionnel. Alors que le tournoi des Six Nations débute ce vendredi 2 février avec le match France-Irlande, les rugbymen français testent déjà depuis plusieurs semaines cet outil « intelligent » qu'ils seront obligés de porter, rapporte TF1.

Les sportifs ne semblent pourtant pas convaincus par ce nouvel appareil développé par la start-up américaine Prevent Biometrics, capable de transmettre des alertes en temps réel aux médecins en cas de choc important ou de secousse violente. « On a un peu de mal à s'y habituer. Ils sont un peu plus gros [que les protège-dents habituels, NDLR]. Il y a la puce un peu grosse dans la bouche. Mais il faut s'y faire… » estime le deuxième ligne Romain Taofifénua auprès de TF1.

« Un peu dommage »

« C'est un peu dommage qu'on nous oblige à les porter », regrette de son côté le buteur Thomas Ramos. « On nous impose quelque chose, c'est dommage. J'aurais préféré qu'on le propose à des volontaires. » « C'est du sur-mesure, ils ont pris nos empreintes, mais certains ont des habitudes, des protège-dents qui vont au fond de la bouche, d'autres non, certains n'en portent pas », poursuit-il auprès de TF1.

À LIRE AUSSI Tournois des Six Nations 2024 : la vie des Bleus sans Antoine Dupont

Les hommes de Fabien Galthié vont pourtant devo [...] Lire la suite