Publicité

Serie A: sous l'impulsion de Thiago Motta, Bologne n'en finit plus de faire sensation

En septembre 2022, la direction de Bologne annonce l’arrivée de Thiago Motta comme entraîneur principal. Les deux secteurs, du staff et de la direction, ne le savent pas encore mais leur serrage de main marquera le début d'une jolie page pour le club, qui surprend tout le monde en ce début de saison avec une place à la lutte pour le top 4 et des ambitions de jeu qui plaisent. Avec Thiago Motta, Giovanni Sartori, le directeur technique du club, et le joueur néerlandais Joshua Zirkzee en grands artisans de ce qui est déjà un succès.

Thiago Motta, la nouvelle génération des entraîneurs

Pas de Rafael Leao ni de Nicolo Barella, juste la 9e valeur marchande de Serie A, Bologne est une équipe qui fonctionne sans stars mais au savoir-faire maison. Charge à Thiago Motta d'orchestrer tout ça. En poste à Bologne depuis bientôt un an et demi, l’ancien joueur du PSG avait déjà placé son équipe à une honorable neuvième place du championnat la saison dernière.

A 41 ans, l’Italien a la confiance de la direction et surtout celle de ses joueurs. Après leur victoire contre l’Atalanta mi-décembre, Thiago Motta confiait à Sky Italia: "Les gars se révèlent être un groupe uni et avec un état d’esprit exceptionnel. C’est un bon moment pour nous mais c’est déjà du passé. Notre objectif est à chaque fois le prochain match."

Aspirés par la volonté forte d’imposer un jeu plaisant balle au pied, les joueurs du coach bolonais entendent gagner avec la manière. Leur manière. Avec un peu de Gasperini mais une préférence pour le 4-3-3. Un système dans lequel les Bolonais... ont battu l'Atalanta (1-0) lors de la dernière journée.

Thiago Motta est sous contrat jusqu’en juin 2024. Mais les rumeurs de départs grandissent à mesure que son succès augmente et que la hype grandit. "Son destin n'est pas à Bologne, il est dans les grands clubs. Encore aujourd'hui à Bologne, on parle beaucoup du PSG", estime Johann Crochet, spécialiste du football italien pour RMC Sport, dans l’After Foot.

Giovanni Sartori, le pivot de la direction bolonaise

Giovanni Sartori est aujourd’hui l’un des auteurs majeurs du retour en Europe de l’Atalanta. Ancien dirigeant du Chievo, il a surtout permis à l’Atalanta (où il a pris la direction technique en 2014) de faire son retour tant attendu en Coupe d'Europe lors de la saison 2017-2018: une première depuis 27 ans. Avec deux quarts de finale et une huitième de finale contre le Real Madrid sur les trois dernières saisons.

Giovanni Sartori avait finalement quitté Bergame pour un nouveau défi tout aussi complexe: redorer le blason de Bologne, illustre club qui a particulièrement brillé dans les années 1960, champion d'Italie à sept reprises (dont la dernière en 1964). Arrivé peu avant Thiago Motta, en mai 2022, l’Italien de 66 ans est déjà un élément moteur avec son art du recrutement: Ferguson, Lucumi, Ndoye, Posch et Zirkzee, des joueurs recrutés pour seulement 30 millions d’euros.

Joshua Zirkzee, "l’âme du diamant est la lumière"

A 22 ans, le Néerlandais Joshua Zirkzee a un temps fait figure de promesse déçue. Passé par le Bayern Munich, Parme et Anderlecht, l’attaquant a déjà une expérience significative à l’étranger. Mais c'est à Bologne qu'il s'épanouit.

Auteur de huit buts et quatre passes décisives toutes compétitions confondues, notamment contre l’Inter Milan, Sassuolo, la Fiorentina et le Torino, ce jeune talent batave est aujourd’hui la plus haute valeur marchande du club, estimé à 30 millions d’euros. De quoi susciter les convoitises cet hiver?

Article original publié sur RMC Sport