Publicité

Roland-Garros: Added et Gueymard Wayenburg, premiers sourires des qualifs

Roland-Garros: Added et Gueymard Wayenburg, premiers sourires des qualifs

Un monde considérable pour assister au plus près aux qualifications de Roland-Garros, à un prix raisonnable (20 euros). Les organisateurs ont su innover. Ils ont monté un stand où l’on se sert soi-même les bières. Les fans néerlandais ont apprécié. Les spectateurs français, eux, ont poussé pour les leurs.

Dan Added a fait le lointain rapprochement. Sa tenue avec un motif jaune ressemble comme deux gouttes d’eau à celle que portait Yannick Noah en 1983. Normal, l’Alsacien a le même équipementier que le dernier vainqueur tricolore Porte d’Auteuil. Mais Added, 24 ans, a compris en découvrant une inscription commémorative à l’intérieur de sa chemisette. En tout cas, pour ses premières qualifs à Roland, il a écarté l’Allemand Maximilian Marterer 6-4, 6-4. Très bon joueur de double avec son copain Albano Olivetti, il rêve de jouer les deux épreuves la semaine prochaine.

>>> Roland-Garros en direct

Sascha du "13" brille dans la capitale

Jusqu’alors peu connu au-delà de Rognac – commune des Bouches du Rhône – Sascha Gueymard Wayenburg a signé un exploit face à Denis Kudla. L’expérimenté Américain a été surpris par la sécheresse des coups de ce garçon longiligne, 392e à l’ATP. "C’est une expérience de dingue. J’avais déjà joué les qualifs l’année dernière mais cette fois, je gagne, c’est génial. On avait bien préparé l’événement avec ma team. Que ça sorte à des moments comme ça, c’est gratifiant. L’obtention de la wild-card ? Je n’avais aucune certitude, aucune fuite. Les résultats sur terre n’étaient pas incroyables… Je suis un outsider. Je suis 392e. Qu’est-ce qui peut m’arriver ? En plus, j’avais perdu contre un 700e il y a peu… Les terres battues ici sont incroyables. Ca me permet de développer mon jeu. C’est le jour et la nuit avec mon quotidien. Ce n’est pas mon monde, j’en suis conscient. Mais je vais essayer de rester le plus longtemps possible…"

La désillusion est pour Enzo Couacaud. Le Tricolore a mené 6-3, 5-0 avant de perdre le fil et de s’incliner 3-6, 7-6, 6-2 face à l’Autrichien Filip Misolic. Parfois, on aimerait que cette mésaventure se déroule dans un court au bout du monde sans le moindre spectateur. Mais c’était dans la cuvette du 14, qui sera bouillant pour l’entrée en lice de Lucas Pouille, tombé à la 660e place mondiale et à la recherche du temps perdu…

Chez les filles, la journée est plus rude. Emma Léné, 396e mondiale, a perdu un combat de 3h10 face à une jeune allemande Noma Noah Akugue. Projetée dans l’arène à seulement 14 ans, Daphnée Mpetshi Perricard n’a pas tenu une heure (6-1, 6-3) face à la Bélarusse Kristina Dmitruk. Seul sourire : celui de Nina Radovanovic (wild-card), qui a terrassé sa compatriote Loïs Boisson après avoir sauvé une balle de match 1-6, 6-2, 7-5.

Article original publié sur RMC Sport