Publicité

Pyrénées : des éboulements récurrents provoqués par une conjonction de phénomènes météos, climatiques et géologiques

Dans la vallée de Laruns, ils menacent la route emblématique du col du Pourtalet, mettant en péril la sécurité des cyclistes et des automobilistes. Les facteurs géologiques et climatiques exacerbés par le changement climatique sont pointés du doigt, nécessitant des mesures préventives urgentes pour assurer la stabilité de cette voie stratégique dans les Pyrénées.

A Laruns, village français des Pyrénées à la frontière franco-espagnole, haut lieu de cyclisme, les éboulements dans la vallée montant au col du Pourtalet sont devenus un cauchemar à répétition. En pleine sécheresse frappant le massif des Pyrénées et sa région, environ 1.000 mètres cube de roche se sont décrochés d'une falaise et sont tombés sur la route le 3 mai, à 4 kilomètres de la frontière. "Fort heureusement, il n'y avait personne à ce moment-là", souffle le maire Robert Casadebaig.

"Nous faisons face à une accumulation de phénomènes météorologiques, climatiques et géologiques"

Moins connu que les cols voisins de l'Aubisque ou du Tourmalet, le col du Pourtalet à 1.794 mètres d'altitude, reste redoutable pour son interminable longueur. A partir de Laruns, où le Tour de France fait régulièrement étape, il y a 29 kilomètres à parcourir et 1.276 mètres de dénivelé à franchir pour passer en Espagne. La pente peut atteindre 7% par endroits. Dans l'autre sens, la route est empruntée par les coureurs de la Vuelta, le tour espagnol, attendus cette année début septembre. Mardi, la montagne a de nouveau dégringolé sur le même axe, plus bas dans la vallée.

Un éboulement à Laruns, près de la frontière espagnole, le 17 mai 2023 dans les Pyrénées-Atlantiques (AFP - GAIZKA IROZ)
Un éboulement à Laruns, près de la frontière espagnole, le 17 mai 2023 dans les Pyrénées-Atlantiques (AFP - GAIZKA IROZ)

Un éboulement bien moins important, mais qui s'ajoute à une longue liste d'aléas climatiques dans ce secteur de la vallée d'Ossau depuis dix ans, source de dégâts considérables. Coulées de neige et éboulements en 2013, route effondrée après des intempéries en 2018, crues torrentielles en 2019 et 2021 : "Nous faisons face à une accumulation de phénomènes météorologiques, climatiques et géologiques", constate M. Casadebaig.

Maire depuis 2008, il fait le compte des fléaux qui grèvent le budget de cette commune du pays basque français et de ses 1.200 habitants. A Laruns, les crues de 2019 et 2021 ont causé entre 3 et 4 millions d'euros de dégâts à la voirie et aux réseaux souterrains. Le village a en pa[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi