Publicité

PSG: sécurité renforcée au Camp des Loges et devant le domicile de certains joueurs

PSG: sécurité renforcée au Camp des Loges et devant le domicile de certains joueurs

La sécurité a été renforcée devant le Camp des Loges, le centre d'entraînement du PSG et devant le domicile des joueurs visés mercredi par les insultes des supporters, Neymar, Lionel Messi et Marco Verrati, a appris jeudi l'AFP de sources ayant connaissance de ces mesures.

La direction du PSG (mais pas que) prise pour cible

Mercredi en fin de journée, plusieurs centaines d'entre eux - la plupart des Ultras - se sont rassemblés devant le siège du club parisien à Boulogne-Billancourt pour manifester leur mécontentement des résultats de leur équipe, insultant certains joueurs comme Marco Verratti, Leo Messi, Neymar et le coach Christophe Galtier.

Certains d'entre eux, soit une centaine de personnes vêtues de noirs, se sont également rassemblés vers 20 heures devant le domicile de Neymar, blessé jusqu'à la fin de la saison, à Bougival (Yvelines), entonnant des chants hostiles comme "Neymar casse-toi". Plusieurs d'entre eux auraint par ailleurs indiqué "vouloir réitérer leur action tous les soirs". Ces protestataires se sont dispersés "dans le calme quelques minutes après leur arrivée", sans "aucune volonté d'affrontement avec la police". "Ne laissez pas les gens vous mettre dans leur tempête, mettez-les dans votre paix", a écrit en portugais sur Instagram mercredi soir le Brésilien.

Sécurité renforcée au centre d'entraînement et aux domiciles de Neymar, Messi et Verratti

À la suite de ces évènements, le PSG a décidé de renforcer la sécurité avec notamment la présence accrue de vigiles au centre d'entraînement du PSG, au Camp des Loges et devant chez Neymar, chez Leo Messi et Marco Verratti, "tous ceux visés" par les chants hostiles.

"Le Paris Saint-Germain condamne avec la plus grande fermeté les agissements intolérables et insultants d'un petit groupe d'individus, qui ont eu lieu ce mercredi", avait réagi le club dans un communiqué diffusé mercredi soir. "Quels que soient les différends, rien ne peut justifier de tels actes. Le club apporte tout son soutien à ses joueurs, à son encadrement et à toutes les personnes concernées par ces comportements honteux", poursuivait le communiqué.

Ces événements sont intervenus trois jours après la défaite contre Lorient au Parc des Princes (3-1), la troisième du club parisien sur les quatre derniers matches joués à domicile. "Nous sommes sincèrement inquiets à propos de l'avenir et de la pérennité de notre club", a déploré mercredi dans un communiqué le Collectif Ultras Paris (CUP), se demandant "s'il y (avait) encore un pilote dans l'avion".

Article original publié sur RMC Sport