Publicité

PSG: la presse argentine félicite Messi pour les excuses... qu'elle juge pas nécessaires

PSG: la presse argentine félicite Messi pour les excuses... qu'elle juge pas nécessaires

On ne touche pas à l’idole du peuple. La presse argentine avait déjà haussé le ton en début de semaine contre le PSG et ses supporters pour le traitement réservé à Lionel Messi, suspendu pour sa visite non autorisée en Arabie saoudite et pris à partie par les ultras parisiens mercredi. Cette fois, les éditorialistes de La Nacion et Olé montent au créneau pour défendre et féliciter le champion du monde après ses excuses publiques. Pour eux, rien ne l’obligeait à faire amende honorable. Rien ne justifiait selon eux un tel mea culpa. Ils saluent tout de même ce qu’ils considèrent comme une main tendue de la part de l’ancien Barcelonais, un geste de classe.

"Les propriétaires du PSG essaient de laver leur image"

"Messi a demandé pardon, regrettant une faute qui n'était pas si grave. Leo n'était pas obligé de s'exposer en enregistrant une vidéo chez lui à Paris pour dire à la planète qu'il s'était trompé, qu'il avait raté un entraînement mais il a compris qu'il était important, tout simplement, de s'excuser", écrit le journaliste Hernan Claus pour Olé. Et de poursuivre : "Messi a commis une faute sportive. Il l'admet dans son bref discours de 83 mots, mais l'erreur du joueur n'est pas proportionnelle à la sanction excessive qui lui a été imposée par le club (deux semaines sans s'entraîner, sans jouer et sans être payé). Il est clair que l'on essaie de lui faire payer les fautes des autres. Les propriétaires du PSG essaient de laver leur image avec cette démonstration de puissance."

Reconverti comme consultant pour le média Infobae, l'ex-défenseur argentin Oscar Ruggeri, champion du monde 1986, va plus loin. Il est convaincu que Messi n’avait pas à s’excuser. Car Diego Maradona, lui, ne l’aurait sans doute pas fait. "A Paris, ils ont fait en sorte qu’il fasse cette vidéo pour les supporters et pour l’image du club. Lui l’a fait pour sa famille et ses enfants. Il l’a fait pour en finir avant de partir. Et c’est bien qu’il parte", estime-t-il. Même ressenti dans les colonnes de Clarin. "L’homme qui a soulevé la Coupe du monde au stade de Lusail n'a eu aucun mal à assumer la responsabilité du gâchis qui a conduit à une sanction aussi exagérée qu'inédite. Il a mis les pieds dans le plat, expliqué sa version de son absence retentissante à un entraînement devenu une affaire d'Etat", souligne le quotidien.

Avec là encore une comparaison avec un autre numéro 10 : "Il aurait pu répondre dans le style de Diego (Maradona). Mais Messi a fait appel à la diplomatie et a fait un geste de conciliation qui, selon les médias français, a été bien accueilli par le club qatari. Le joueur, au-delà des frustrations sportives, veut quitter la France, un endroit où il a - presque toujours - connu un climat hostile. (…) Il a coupé court au battage médiatique et a fait preuve d'une attitude rédemptrice pour tenter de désamorcer la chasse aux sorcières déclenchée à Paris après son voyage en Arabie saoudite."

Comme expliqué par RMC Sport, les excuses de Messi ont été entendues au PSG. Sur le fond, le joueur ne pouvait pas ignorer qu'il y avait entraînement lundi, au lendemain de la défaite parisienne contre Lorient (3-1) en Ligue 1. Mais cela ne change rien au fait que le septuple Ballon d'or va quitter la France en fin de saison. En ce qui concerne les sanctions financières infligées à l'Argentin, cela concerne la prime d'éthique. Celle-ci ne devrait pas lui être versée.

Article original publié sur RMC Sport