Publicité

Poutine brandit de nouveau la menace d’une guerre nucléaire… mais pas pour tout de suite

Dans un entretien accordé aux médias d’État ce mercredi 13 mars, le président russe a assuré que son pays était « prêt » à un conflit nucléaire, mais qu’il n’avait jamais songé à utiliser de telles armes.

Lors d'une interview accordée aux médias russes le mercredi 13 mars, Vladimir Poutine a indiqué que la Russie était techniquement prête à une guerre nucléaire. - Credit:Gavriil Grigorov / Sputnik / via REUTERS

La Russie est prête au combat. Dans une interview accordée aux médias locaux mercredi 13 mars, le président Vladimir Poutine a averti l'Occident que la Russie était techniquement « prête » à l'éventualité d'une guerre nucléaire, mais que « rien n'y presse » dans l'immédiat.

« D'un point de vue militaro-technique, nous sommes évidemment prêts », a déclaré le président de 71 ans et candidat à sa réélection, lors d'élections organisées du 15 au 17 mars. Selon Vladimir Poutine, les États-Unis sont également conscients que s'ils déployaient des troupes américaines au sol, sur le territoire russe ou en Ukraine, ce serait considéré comme une intervention par la Russie.

« Les États-Unis comptent suffisamment de spécialistes dans le domaine des relations russo-américaines et de la retenue stratégique », a indiqué le chef de la Fédération de Russie. Et de poursuivre : « C'est pourquoi je ne pense pas que tout nous précipite vers cela [une guerre nucléaire], mais nous y sommes prêts. »

« Les armes existent pour être utilisées »

Vladimir Poutine a également rappelé que la doctrine russe prévoyait le recours à l'arme nucléaire en cas d'attaque similaire, rapport Reuters. « Les armes existent pour être utilisées », a-t-il dit. « Nous avons nos propres principes. » Il a néanmoins indiqué que la Russie n'avait jamais été confrontée au besoin de recourir à des armes nucléaires en Ukraine.

À LIRE AUSSI Retour sur 70 ans de chantage sur la menace nucléaire russe

La menace de l'arm [...] Lire la suite

VIDÉO - Pierre-Olivier Variot : "Si demain, Poutine bombarde la France, acheter un comprimé d’iode ne servira à rien : on sera vitrifiés avant d’avoir pu l’avaler"