Publicité

Pourquoi la Fédération internationale de handball change une de ses règles

Elohim Prandi le 27 janvier 2024, pendant la demi-finale de l'Euro entre la France et la Suède, au moment du fameux jet franc.  - Credit:Pfeiffer Hugo / Pfeiffer Hugo/Icon Sport/ABACA
Elohim Prandi le 27 janvier 2024, pendant la demi-finale de l'Euro entre la France et la Suède, au moment du fameux jet franc. - Credit:Pfeiffer Hugo / Pfeiffer Hugo/Icon Sport/ABACA

Lanxess-Arena, Cologne, 27 janvier 2024. On joue la dernière seconde du temps réglementaire de la demi-finale de l'Euro de handball entre la Suède et la France, menée au score d'un point. À plus de dix mètres du but suédois, Elohim Prandi, l'arrière gauche des Bleus, exécute un jet franc. La totalité des six joueurs de champ suédois se dresse entre lui et la cage adverse, gardée par son coéquipier en club Andreas Palicka, quand Elohim Prandi décoche sa frappe… et marque. Un tir surpuissant – plus de 118 kilomètres à l'heur – qui permet aux Français d'égaliser et de rallier la finale au terme des prolongations (34-30). Le lendemain, les Bleus sont sacrés champions d'Europe face au Danemark.

Cependant, le scénario aurait pu être bien différent si le recours déposé par les Suédois à l'issue de la rencontre avait été accepté par la Fédération européenne de handball (EHF). Les Scandinaves critiquaient l'absence de recours à la vidéo (RV) pour vérifier si le jet franc était bien réglementaire. Au moment de lâcher le ballon, Elohim Prandi semble en effet avoir décollé son pied gauche du sol, ce qui permet un doute légitime sur la validité du but.

La règle 15, sur les jets francs, modifiée

Le lendemain de la demi-finale, l'EHF rejette la demande des Suédois. « La RV n'est utilisée que lorsque les arbitres ont de sérieux doutes sur la justesse de leur décision ou lorsqu'ils ne sont pas en mesure de voir la situation correctement. La décision d'utiliser ou non la RV ap [...] Lire la suite