Publicité

Poppers, festif mais pas si anodin pour votre santé

Récréatif, aphrodisiaque, psychoactif, vasodilatateur et en vente libre : le poppers est tout cela à la fois. Il bénéficie d’une image positive, surtout chez les jeunes adultes, voire les adolescents. Attention, son usage comporte des risques que tout utilisateur - majeur - doit bien connaître et ne pas minimiser.

Les poppers emballées de couleurs acidulées sont en vente libre en France. Ces petites bouteilles à inhaler sont commercialisées dans des boutiques, sex-shops mais aussi dans des bureaux de tabac, et en ligne. Ce produit d’usage "extrêmement banal" et à l’image positive ne devrait être vendu qu’à des adultes. Ses promesses ? Désinhibition, euphorie lors d’une soirée festive pour les uns, stimulation et rapport sexuel facilité pour les autres. Son utilisation doit être maîtrisé par l’utilisateur qui doit en connaître les risques.

Qu'est-ce qu'un poppers ?

Les poppers, sont le terme familier pour désigner des substances psychoactives et vasodilatatrices utilisées pour leur effet euphorisant fugace. Ce sont des nitrites d’alkyle aliphatiques, mélangés à de l’éthanol, des huiles essentielles et d’autres solvants, ils sont conditionnés dans de petites fioles de verre. Les produits utilisés, selon le site de Drogues Info Service sont le nitrite d’amyle, le nitrite de butyle, le nitrite d’isopropyle, le nitrite de pentyle et le nitrite de cyclohexyle. A l’origine, le nitrite d’amyle a été utilisé en médecine cardiaque pour ses propriétés vasodilatatrices. La molécule a été synthétisé par un pharmacien et chimiste français, Antoine Jérôme Balard en 1844.

Promesses de poppers

Ce qui est recherché par les utilisateurs, c’est l’euphorie, la sensation d’ébriété et de désinhibition. Le phénomène advient rapidement, 30 à 60 secondes après l’arrivée de la molécule dans l’organisme et peut durer jusqu’à 5 minutes. Ces solutions liquides hautement volatiles une fois inhalées sont très rapidement métabolisées par l’organisme en monoxyde d’azote (NO) et alcools. Le brusque apport de NO est à l’origine de plusieurs processus biologiques :

  • un effet vasodilatateur périphérique : il relâche des fibres musculaires lisses présents dans la plupart de nos vaisseaux sanguins et la paroi interne de nos organes, les poumons, l’appareil gastro-intestinal et en bout de course, le sphincter anal.

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi