Publicité

Policiers tués dans le Nord : la procureure de Lille fait le point sur l’enquête

Camille Étienne a confirmé que le conducteur du véhicule civil impliqué dans le choc était en état d’ébriété.

FAITS DIVERS - Les circonstances du dramatique accident de voiture ayant conduit à la mort de trois policiers dimanche 21 mai au matin se précisent. La procureure de la République de Lille a annoncé lors d’une conférence de presse, ce lundi 22 mai, que le conducteur du véhicule civil impliqué dans l’accident de voiture au niveau de Villeneuve-d’Ascq, également décédé sur le coup, conduisait en état d’ivresse et était positif au cannabis.

Carole Étienne a indiqué que les prélèvements sanguins effectués sur l’homme, qui roulait à contresens au volant d’une Alfa Romeo, attestent d’un « taux d’alcool dans le sang de 2,08 g », bien au-delà de la limite fixée à 0,5g d’alcool par litre de sang. L’homme était par ailleurs « positif au cannabis », bien que ce type d’examen ne permette pas de déterminer précisément la date de consommation de cannabis.

« Pour stabiliser les résultats, un contre-examen a été demandé », a-t-elle ajouté.

Le conducteur du véhicule qui a percuté les trois policiers décédés est né en 1999. Et avec son son passager, né en 2001 et gravement blessé, ils étaient défavorablement connus de la police pour consommation d’alcool, usage de stupéfiants et outrages, avait indiqué une source policière peu après l’accident.

Ce qu’est venue confirmer ce lundi la procureure de la République, précisant que le conducteur « a déjà été condamné pour des faits de droits communs, mais pas pour des délits routiers ».

Par ailleurs, « les premières constatations effectuées sur le véhicule Alfa Romeo montrent que le compteur de vitesse était bloqué juste au-dessous de 120 km/h » sur une route pourtant limitée « à 90 km/h », a fait savoir la procureure de la République, qui a précisé que le conducteur n’était pas au téléphone au volant au moment du drame.

Un choc frontal confirmé

La magistrate a ensuite indiqué que « les premiers éléments de l’enquête viennent conforter l’hypothèse d’un choc frontal » entre les deux véhicules. Une hypothèse confortée par plusieurs témoignages et par l’analyse des images de vidéosurveillances de la ville de Villeneuve-d’Ascq, où l’accident a eu lieu vers 7h du matin dimanche, sur la RD 700.

L’Alfa Romeo « était engagé à contresens », a ajouté Carole Étienne, qui annonce également avoir « ordonné une expertise en accidentologie » afin de reproduire les circonstances de l’impact.

D’ailleurs, la procureure de la République a mis en lumière la question du conducteur du véhicule de police, « pour identifier lequel des deux jeunes hommes était au volant dans le véhicule de police, sachant que la policière était à l’arrière, à côté de l’adolescente ».

« L’enquête se poursuit », a ajouté Carole Étienne, soulignant qu’elle devait notamment permettre de déterminer quel était le policier au volant, « sachant que la policière était à l’arrière, à côté de l’adolescente » que l’équipage accompagnait à l’unité médico-judiciaire de Lille dans le cadre d’une enquête. « L’état de santé de la jeune fille n’a toujours pas permis de l’entendre », a précisé Camille Étienne.

Lire sur le HuffPost

À voir également sur Le HuffPost :

Au Teknival, trois personnes en urgence absolue déjà prises en charge

Roubaix : un hommage national sera rendu aux policiers morts

VIDÉO - Hommage à Roubaix après la mort de trois policiers dans un violent accident