Publicité

Polémique Oudéa-Castéra : la ministre demande la fin des « attaques personnelles »

La ministre de l’Éducation Amélie Oudéa-Castéra est devenue la cible des oppositions de droite comme de gauche qui réclament sa démission.  - Credit:BENOIT TESSIER / X07241 / REUTERS
La ministre de l’Éducation Amélie Oudéa-Castéra est devenue la cible des oppositions de droite comme de gauche qui réclament sa démission. - Credit:BENOIT TESSIER / X07241 / REUTERS

La polémique continue. La nouvelle ministre de l'Éducation, Amélie Oudéa-Castéra, a demandé, lundi 15 janvier, de « clore » le « chapitre des attaques personnelles », rapporte notamment Le Figaro. À l'issue d'une visite au village olympique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), la ministre a expliqué ne pas vouloir « aller plus avant sur le terrain de la vie personnelle et de la vie privée. Il y a des attaques auxquelles j'ai essayé de répondre avec le plus de sincérité possible. Il faut clore ce chapitre des attaques personnelles et de la vie personnelle ».

La ministre a également assuré croire « en l'école publique » et affirmé qu'« il faut tous que nous ayons beaucoup d'ambition pour elle ». Promue la semaine dernière à l'Éducation nationale, la ministre avait justifié l'inscription de ses fils dans une prestigieuse école privée parisienne en jetant la faute sur « des paquets d'heures pas sérieusement remplacées ». La polémique qui a suivi a poussé de nombreux responsables politiques, de la gauche au RN, à appeler à sa démission.

À LIRE AUSSI Affaire Oudéa-Castéra : au secours ! Tartuffe est revenu !

Selon le journal Libération, seul le fils aîné d'Amélie Oudéa-Castéra a été brièvement scolarisé dans le public, en petite section de maternelle. D'après le témoignage d'un enseignant, Amélie Oudéa-Castéra et son mari ont décidé d'envoyer leur fils dans un établissement privé, proche de leur domicile, en raison du refus de l'école d'anticiper le passage de leur [...] Lire la suite