Publicité

Patrice Vergriete : « Macron m’a aidé à redonner de l’espoir à Dunkerque »

Patrice Vergriete, président de la communauté urbaine de Dunkerque et nouveau ministre des Transports, lors de son premier Conseil des ministres, à Paris, le 14 février 2024.  - Credit:LP / Fred Dugit
Patrice Vergriete, président de la communauté urbaine de Dunkerque et nouveau ministre des Transports, lors de son premier Conseil des ministres, à Paris, le 14 février 2024. - Credit:LP / Fred Dugit

Élu maire de Dunkerque en 2014 en battant Michel Delebarre à la surprise générale, Patrice Vergriete a depuis tracé sa route. Repéré par la macronie en 2018, le ministre des Transports se fait remarquer avec la mise en place de la gratuité des bus dans sa ville. Mais pas seulement. Ce polytechnicien, également diplômé de l'École des Ponts, a engagé tout son territoire dans la réindustrialisation, en misant sur la décarbonation et en draguant les industries du XXIe siècle.

Réélu en 2020 face au RN, l'ex-socialiste qui a fait du Macron avant l'heure en menant une liste d'ouverture sans se soucier des partis, a fait ses classes dans les cabinets de Martine Aubry, ministre de l'emploi, puis de Claude Bartolone, quand il était chargé de la ville. C'est à lui que la loi SRU doit le fameux article 55 qui impose aux communes un minimum de 20 % de logements sociaux. Un fait d'armes qui a compté dans sa première nomination dans le gouvernement Borne, comme ministre du logement, en juillet 2023.

À Dunkerque, où il est toujours à la tête de la Communauté urbaine, ce géant de 2,01 mètres aux yeux rieurs, doit désormais gérer la rançon du succès : 20 000 emplois sont attendus sur le territoire. Il détaille sa stratégie locale pour les prochaines années.

À LIRE AUSSI Comment Dunkerque est devenu le fer de lance de la réindustrialisation française

Le Point : Après des années de déclin démographique et industriel, Dunkerque relève la tête. Quelles sont les clés de ce renouveau [...] Lire la suite