Publicité

Pakistan : l'ex-Premier ministre Imran Khan remis en liberté sous caution

La Cour suprême a jugé son arrestation "invalide et illégale".

La Cour suprême a accordé vendredi à M. Khan une protection dans le cadre de l'une des nombreuses affaires de corruption dont il fait l'objet, pour une période de deux semaines. Il s'agit d'une forme de caution provisoire qui est généralement renouvelée dans le système judiciaire pakistanais. La plus haute juridiction du pays estime que son arrestation était illégale.

L'ancien Premier ministre avait été arrêté deux jours auparavant, dans une salle de la Haute Cour d'Islamabad, alors qu'il s'apprêtait à comparaître. Il a donc été libéré par les juges et placé sous protection. Le gouvernement pakistanais conteste cette décision et annonce qu'il trouvera d'autres moyens légaux pour arrêter Imran Khan.

L'annonce de son arrestation avait provoqué des mouvements de protestation dans tous le pays. Ses partisans s'en sont pris aux symboles du pouvoir militaire et les affrontements ont fait une dizaine de morts.

Pakistan : vives tensions après l'arrestation d'Imran Khan
Au Pakistan, l’ex-premier ministre Imran Khan arrêté au tribunal

VIDÉO - Pakistan : fort dispositif de sécurité face aux manifestants soutenant l'ex-Premier ministre Khan