Publicité

OM: "Il est parti comme un peureux au bout de deux mois", Di Meco dézingue Marcelino

OM: "Il est parti comme un peureux au bout de deux mois", Di Meco dézingue Marcelino

C'est un règlement de comptes qui ne passe pas pour tout le monde. "Pour moi, Marcelino, il est disqualifié pour parler de l'OM", a estimé Eric Di Meco dans le Super Moscato Show, sur RMC, à propos de Marcelino, parti de Marseille depuis trois semaines et qui a réglé ses comptes dans un entretien donné à L'Equipe, mercredi. "Ce n'est pas un club aussi grand que ce qu'il voudrait être", a lancé l'entraîneur espagnol.

"Il est parti comme un peureux au bout de deux mois alors qu'il n'a jamais été remis en cause, rétorque Di Meco. Il faut expliquer pourquoi il fait cette interview. Il parle à d'éventuels clubs qui voudraient le faire revenir donc il essaie de se dédouaner d'un fiasco. Quand tu pars au bout de deux mois, que tu n'as pas réussi ton premier objectif qui est de qualifier l'équipe en Ligue des champions, et que tu pratiques un jeu illisible pour tes joueurs et encore pire pour les suiveurs, tu ne fais pas des raisonnements."

"Si l'OM était un grand club aujourd'hui, Marcelino ne serait pas venu entraîner"

Après seulement sept matchs sur le banc de l'Olympique de Marseille, Marcelino assure que "certains supporters radicaux qui veulent influer en permanence sur les évènements empêchent l'OM d'être un grand club." "Mais tu ne peux pas, en ayant passé deux mois ici et en ayant échoué, dire ce qu'il dit sur le club", peste Di Meco.

L'ancien joueur de l'OM, vainqueur de la Ligue des champions avec le club phocéen, reconnaît que Marcelino n'a pas tort sur tout. Mais il estime qu'il n'est pas la bonne personne pour prendre la parole. "L'OM est un club historique mais ce n'est plus un grand club aujourd'hui, on est tous d'accord. Mais on a besoin de lui pour le savoir ? Parce que si l'OM était un grand club aujourd'hui, Marcelino ne serait pas venu entraîner. C'est un entraîneur de petit club." Un tacle à la Di Meco, en somme.

Article original publié sur RMC Sport