Publicité

OM: "Avoir la dalle...", Clauss dévoile ce que lui apporte Gattuso depuis son arrivée à Marseille

Etincelant avec les Bleus lors de leurs deux dernières sorties face aux Pays-Bas (victoire 1-2) et contre l'Ecosse (4-1), Jonathan Clauss a sans doute marqué des points précieux dans l'esprit du sélectionneur Didier Deschamps. De retour à Marseille avant de défier Nice samedi soir (21 heures) lors de la 9e journée de Ligue 1, le latéral droit a répondu à l'invitation de Rothen s'enflamme ce jeudi sur RMC. Il en a profité pour revenir sur l'arrivée de Gennaro Gattuso à la tête de l'OM.

"Quand il vient me chercher sur la grinta, l'aspect chien, je sais qu'il a totalement raison"

Interrogé sur les demandes spécifiques de l'entraîneur italien, Clauss explique que l'ancien milieu de terrain du Milan AC lui demande "de continuer à jouer son jeu". "Il est derrière moi, on a beaucoup de discussions. Il aime pour l’instant ce que je propose. Donc c’est tant mieux pour moi. C’est un gagnant, un bagarreur, un combattant dans l’arme. Il a cette grinta que je n’ai peut-être pas autant développé que lui. C’est là-dessus qu’il vient beaucoup me chercher. Cet aspect chien, avoir la dalle. Parfois, il en exagère. Mais je n’en rigole même pas du tout, je ne prends absolument rien à la rigolade. Quand il vient me chercher dessus, je sais qu’il a totalement raison. C’est pour ça que ce qu’il peut m’apporter là-dessus, je peux encore gratter dedans."

Avec Gattuso, "il faut du coffre" admet Clauss

Questionné sur la différence de méthode entre Marcelino et Gattuso au niveau de la préparation physique - l'Italien avait publiquement taclé son prédécesseur début octobre, estimant que ses joueurs avaient "60, 65 minutes dans les jambes" - le joueur de 31 ans a livré sa vérité.

"Le mot, c’est vraiment ça: différent. C’est complètement différent. Marcelino voulait une préparation axée sur une possession quasi totale du ballon. Derrière, défensivement, on n’était pas forcément obligés d’aller chercher extrêmement haut. On attendait les équipes adverses, c’était plutôt dans cette optique. Avec Gattuso, c’est plus dans le physique, plus dans le pressing, plus dans le contre-pressing, plus dans les efforts. Mais les efforts quelconques, que ce soit une sortie de bloc, un dégagement du gardien où il veut que ses défenseurs sprintent jusqu’à la ligne du milieu de terrain. C’est peut-être bête à dire, mais des efforts répétés sur un match complet puisent de l’énergie. Du coup, il faut du coffre."

Article original publié sur RMC Sport